Show More

Acteurs 

William Lebghil

Philippe Katerine

Dora Tillier

Alka Balbir

Antoine Gouy

Darius

Synopsis

Jérem s'installe dans la maison de sa mémé pour y composer son premier disque. Il y fait la rencontre de So, mystérieuse enquêtrice pour le compte de la start-up Digital Cool. Elle le persuade de prendre à l'essai Yves, un réfrigérateur intelligent, censé lui simplifier la vie…

Mon commentaire

Jérem (William Lebghil) est un rappeur au talent méconnu, mais qui manque aussi cruellement d’inspiration pour son nouvel album, au grand dam de son agent Dimitri (Philippe Katerine). Depuis peu installé dans la maison de sa grand-mère pour trouver l’inspiration, il rencontre So (Dora Tillier), mystérieuse commerciale et enquêtrice de la start up Digital Cool, qui lui propose de lui remplacer son vieux frigo hors d’usage par « Yves », un frigo nouvelle génération pourvu d’une Intelligence Artificielle qui va aider Jérem à gérer et à simplifier sa vie pour lui laisser davantage de temps pour la création.

Après « Gaz de France » en 2016, le jeune réalisateur Benoit Forgeard se penche donc sur la société de demain, qui petit à petit va être envahie par des machines dotées d’Intelligence Artificielle. C’est le cas de ce frigo totalement new-look doté de technologies de pointe, appelé « Yves » qui va insidieusement prendre la main sur l’existence de Jérem. Ce dernier va vite se rendre compte que sa chère liberté va peu à peu lui être confisquée, même si c’est soi-disant pour son grand bien. Car Yves non seulement va tirer Jérem vers le haut, mais même s’approprier l’univers de Jérem, l’améliorer et même remixer ses créations pour en faire des tubes.

L’idée de base certes était originale et amusante, surtout qu’il s’agit non pas d’un film noir sur le risque pour l’homme de perdre la main face à la technologie, mais bien d’une comédie plutôt bien interprétée notamment par William Lebghil dans ce rôle de composition de rappeur. Cependant, le film tourne assez rapidement dans le vide tant les situations se révèlent particulièrement ineptes, notamment toutes les scènes « hot » entre So et le frigo Yves dont elle analyse non seulement le comportement, mais auquel elle voue une passion pas tout à fait normale. Moralité, le film s’étire en longueur et l’humour est de plus en plus difficile à capter, d’autant que les situations parfaitement absurdes se succèdent jusqu’à la fin…Encore un étrange enthousiasme a priori plutôt unanime des critiques professionnels vis-à-vis de ce film sélectionné à Cannes dans la catégorie un Certain Regard ; pour ma part, je n’ai pas adhéré à ce monde de machines dotées d’une intelligence suprême qui prennent l’ascendant sur l’homme. Même si certaines remarques et études sur la notoriété de chacun via les réseaux sociaux sont plutôt bien analysées, j’ai trouvé ce film « Yves » bien long.

Ma note : 08/20