Show More

Acteurs 

Christian Bale

Amy Adams

Steve Carell

Sam Rockwell

Tyler Perry

Eddie Marsan

Jesse Plemons

Synopsis

Fin connaisseur des arcanes de la politique américaine, Dick Cheney a réussi, sans faire de bruit, à se faire élire vice-président aux côtés de George W. Bush. Devenu l'homme le plus puissant du pays, il a largement contribué à imposer un nouvel ordre mondial dont on sent encore les conséquences aujourd'hui…

 

Mon commentaire

 

« Vice », c’est le titre choisi par le réalisateur iconoclaste Adam McKay pour nous présenter Dick Cheney (Christian Bale) qui est devenu le colistier puis le Vice-Président de George W Bush au tout début de ce siècle. Et surtout temporairement l’homme quasiment le plus puissant de la planète !

Adam Mc Kay, à qui on devait déjà le très corrosif « the Big Short : le casse du siècle » sur la crise des subprimes, nous livre ici un brûlot sur le monde politique américain en réalisant ce biopic dont la mise en scène est particulièrement originale, quoi qu’un peu déroutante, jouant à la fois sur le côté journalistique illustré par des images d’époque et sur l’aspect d’une comédie humaine virevoltante devant laquelle on rit souvent jaune…

Nous suivons donc le parcours de Dick Cheney à partir de 1963. D’abord médiocre étudiant, bagarreur et souvent alcoolisé, puis vivant ensuite de petits boulots, Dick ne doit son salut qu’à la pugnacité et la volonté de fer de son épouse Lynne (Amy Adams) à l’ambition débordante. C’est grâce à elle qu’il parviendra à rejoindre l’équipe du déjà controversé Donald Rumsfeld (Steve Carell, génial) dans les années 70, alors qu’il est en pleine admiration béate devant la politique de Nixon. Puis petit à petit, Dick se fait un nom chez les Républicains, grimpant au fur et à mesure les échelons d’abord auprès de Gerald Ford, puis de Ronald Reagan avec toujours un soutien sans faille de son épouse…Jusqu’au jour des attentats du 9 septembre, date à laquelle il prendra toutes les initiatives qu’il voudra en rétorsion , ayant acquis la confiance d’un Bush junior (Sam Rockwell) incompétent à souhait, notamment la décision de traquer Ben Laden et Al Qaïda, puis d’envahir l’Irak, déclarant sans ambages qu’il était allié avec Saddam Hussein et que le pays détenait des armes de destructions massives. Tout cela pour réaffirmer la domination politique et militaire des Etats Unis…

Tout au long du film, le metteur en scène procède à une juxtaposition de petites scènes ou de plans très courts façon puzzle, avec des allers et retours en flashback, émaillés de scènes au cours desquelles on assiste aussi à des tirades absurdes, avec même un générique de fin en plein milieu de la projection ! C’est à la fois drôle, mais aussi dérangeant et inquiétant, prouvant bien que le gouvernement américain actuel de Donald Trump a dû y trouver de belles sources d’inspiration pour sa politique actuelle ! On découvre même dans le film les origines de la création de la chaîne d’infos Fox News…

Adam McKay tire à boulets rouges sur le système politique américain et sur certains hommes passés à la postérité pour des raisons obscures, parvenus à se distinguer au mépris de toute éthique, bafouant souvent les principes même de la démocratie.

Il est néanmoins un peu moins virulent vis-à-vis de Dick Cheney, peut être en raison de sa fragilité cardiaque répétitive et faisant parfois preuve de tolérance malgré une posture essentiellement réactionnaire.

Côté interprétation, Christian Bale est absolument époustouflant dans ce rôle qui a du lui coûter de nombreuses heures de maquillage et des régimes alimentaires extrêmes (il a déjà décroché le Golden Globe du Meilleur rôle masculin cette année), mais les autres interprètes ne sont pas en reste pour la qualité de leur jeu.

« Vice » est un film grinçant mais également diabolique, justement parce qu’il met notamment le doigt tous les vices dont font preuve certains grands leaders politiques. A découvrir forcément.

Ma note : 16/20