CVT_Une-sortie-honorable_6601
CVT_Une-sortie-honorable_6601
press to zoom

Résumé

'« Et si je vous en donnais deux?, lui lança-t-il.
- Deux quoi ? », répondit le ministre français, interloqué, incapable de faire le lien entre la conversation diplomatique, somme toute assez classique qu'il menait à propos de Diên Biên Phu, et cette question à la tournure tout à fait saugrenue.
« Deux bombes atomiques... », précisa le secrétaire d'Etat américain.
É.V.
Écrivain et cinéaste né à Lyon, Éric Vuillard a reçu le prix Goncourt pour L’ordre du jour (2017). Son dernier livre, La guerre des pauvres, a été finaliste de l'International Booker Prize. Son oeuvre est traduite dans quarante langues.

Mon Commentaire

‘Une sortie honorable’ est un ouvrage un peu surprenant. Ni véritable roman historique, ni document, Éric Vuillard nous livre ici ni plus ni moins que le récit d’un pan entier de l’Histoire de la France, celui relatant la succession des décisions politiques et militaires prises par les gouvernements successifs de la IVème République à propos de l’Indochine.

La lecture de l’ouvrage se révèle parfois un peu déroutante et d’un intérêt parfois inégal, mais il faut admettre que l’auteur possède un don particulier pour raconter dans les moindres détails les discussions politiques qui ont eu lieu pour ‘sortir honorablement ‘ d’un conflit qui s’est particulièrement révélé meurtrier et vain.

Dans le fil des lectures de Bobines & Papyrus, ‘Une sortie honorable’ joue un peu la continuité de ‘Un grand monde’ de Pierre Lemaître qui déjà esquissait l’iniquité de la guerre d’Indochine dès les années 50, avec une complaisance incroyablement étrange des pouvoirs français en place localement et le système assumé de son mode de financement. Dans ‘une sortie honorable’, Éric Vuillard quant à lui ne rentre pas dans les détails de celui-ci, mais insiste en revanche sur la complaisance et la compromission des élites au pouvoir. Éric Vuillard met également en lumière leur collusion avec le complexe militaro-industriel et l’incompétence avérée de nombreux maires, notables ou nobliaux indéboulonnables qui siègent dans les hautes instances de la République et qu’il prend un malin plaisir à caricaturer jusqu’à l’outrance.

De ces gens-là souvent totalement déconnectés de la réalité de la guerre émanent des décisions ou mesures approximatives qui sont implémentées sans arrière-pensée, d’autant qu’à cette époque le plus important demeure la préservation des territoires qui constituent l’empire colonial français, dont on clame qu’ils font la richesse de la nation. Pourquoi dans ce cas donner l’indépendance à ces colonies ?

De nombreuses décisions arbitraires auront été prises à propos de l’Indochine, qui conduiront à la débâcle de Dien Bien Phu et à la montée progressive de la victoire du Viet Minh…’Une sortie honorable’ passera ainsi la main aux Etats Unis qui de son côté enchainera avec la terrible Guerre du Vietnam, mais l'auteur rappelle que l’occident a déversé sur l'Indochine devenu le Viêt Nam plus de bombes que pendant la seconde guerre mondiale…

Ma note : 14/20
Eric Vuillard franceculture.jpeg

Photo FranceCulture.fr