Acteurs 

Andrew Garfield

Riley Keough

Topher Grace

Kallie Hernandez

Synopsis

À Los Angeles, Sam, 33 ans, sans emploi, rêve de célébrité. Lorsque Sarah, une jeune et énigmatique voisine, se volatilise brusquement, Sam se lance à sa recherche et entreprend alors une enquête obsessionnelle surréaliste à travers la ville. Elle le fera plonger jusque dans les profondeurs les plus ténébreuses de la Cité des Anges, où il devra élucider disparitions et meurtres mystérieux sur fond de scandales et de conspirations.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Mon commentaire

Los Angeles, de nos jours. Sam (Andrew Garfield) est un trentenaire au chômage qui passe l’essentiel de son existence à regarder et rêver de belles créatures dont le charme et la beauté le font succomber. Depuis sa terrasse, il découvre sa nouvelle voisine, la jolie Sarah (Riley Keough) avec son petit chien et …c’est le coup de foudre! Mais le lendemain de leur courte soirée passée ensemble, alors que Sarah a promis qu’ils allaient se revoir, Sam découvre que sa belle voisine et son chien ont disparu subitement et que son appartement a été vidé en l’espace d’une nuit. Alors qu’un tueur de chiens sévit dans la ville et qu’un milliardaire a également disparu de façon étrange, Sam va mener son enquête pour la retrouver coûte que coûte. Pour y parvenir, il va être appelé à résoudre de multiples énigmes lors d’un parcours qui va être semé de nombreuses embûches. 
Pour son troisième film, le réalisateur David Robert Mitchell a voulu rendre un hommage appuyé à la ville de Los Angeles. Pour ceux qui l’ignoraient (comme moi !) « Silver Lake » est d’ailleurs le nom d’un quartier de cette ville qui fait face à Hollywood. La quête de Sam va être l’occasion pour le réalisateur de truffer son histoire de clins d’œil et faire référence à de grands scènes de films dits ‘classiques’ , mais aussi à des metteurs en scène et des acteurs d’hier et d’aujourd’hui ou encore à des lieux connus. Quant au périple de Sam, c’est à la fois un jeu de piste assez improbable et souvent incompréhensible : les messages sont codés et les instructions dissimulées çà et là dans la ville, mais aussi dans des BD, mais aussi combinés à une succession d’hallucinations… « Under the Silver Lake » est un film totalement déroutant qui a la tonalité de certains films des années 70, dans lesquels les genres se mélangeaient : réalité crue ou cauchemars, érotisme torride, film d’horreur, BD, dessin animé ? Les amateurs loueront ce film pour sa mise en scène originale qui dégage un côté un peu vintage, pop et décalé. Les autres - dont je fais partie- considèrent que même si cette histoire n’est finalement pas désagréable à regarder, le film est bien long (2h19!) et l’histoire décidément incompréhensible. Si Sam conserve un rôle de beau gosse à la recherche de la beauté et de l’amour, en revanche, quand on prend un peu de recul, on constate désespérément que les rôles tenus par la gente féminine sont plutôt réducteurs et vraiment peu flatteurs. Avoir de plus ajouté à cet imbroglio une histoire sordide de tueurs de chiens qui multiplie les fausses pistes mais n’apporte rien non plus!
Au total, pas de quoi garder de « Under the Silver Lake » un souvenir impérissable, malgré une affiche très attirante et la présence en tête de distribution du comédien britannique Andrew Garfield dans ce rôle de composition qui tire à peu près son épingle du jeu. Mais évoquer de grands chefs d’œuvre hollywoodiens ne suffit malheureusement pas pour en réaliser un.

« Under the Silver Lake » a été présenté en compétition au dernier festival de Cannes

Ma note : 11/20