Résumé

Du Moscou des années 1950 à Boston aujourd'hui, le tumultueux destin d'une ballerine : passions, secrets et trahisons, une belle saga romanesque qui mêle émotions et mystères.
A Boston, Nina, une ancienne étoile du Bolchoï surnommée Papillon, met aux enchères ses précieux bijoux, emportés lors de son exil. C'est alors que Grigori, un homme d'origine russe, la contacte pour lui poser la plus incroyable des questions : est-il l'enfant qu'elle aurait abandonné ? Chassé par la danseuse, Grigori, bien décidé à découvrir la vérité, va fouiller dans la vie de Papillon en Russie, un passé fait d'énigmes et de secrets.
Pourquoi s'est-elle enfuie de son pays ? Quel est le mystère qui entoure la mort de son mari Viktor ? En levant peu à peu le voile sur ce terrible destin, Grigori apprendra que la réalité se cache toujours là où on ne l'attend pas...

Mon Commentaire

Quand on a épuisé sa bibliothèque ou presque, on est souvent contraint d’ouvrir des romans qu’on avait choisis sans conviction (peut-être était-ce sous le charme du titre ou de la couverture ?) à un certain moment, avant de finir par les oublier… Et pourtant, on fait parfois des découvertes sympathiques, comme cela est le cas avec ce roman de Daphné Kalotay, paru en 2010.

Nous voilà donc transportés à Boston, de nos jours, où nous faisons la rencontre de Nina Revskaïa, dite Papillon, une ex-danseuse du Bolchoï, qui, désormais âgée, décide de mettre aux enchères sa fabuleuse collection de bijoux. Mais pour quelles raisons a-t-elle choisi de se séparer de ces objets auxquels elle semble toujours tant tenir ? Et qu’est devenu Viktor, ce mari qu’elle adorait et qui visiblement ne l’a pas accompagné ? C’est Drew, la jeune femme en charge de la vente, ainsi qu’un certain Grigori Solodin d’origine russe, en quête d’informations sur sa naissance et cherche par tous les moyens possibles approcher Nina, qui vont finir par détricoter une histoire incroyable… Par le truchement des souvenirs de Nina, jeune ballerine en devenir dans le Moscou des années 40, puis danseuse étoile dans les années 50 sous l’ère stalinienne que petit à petit la lumière va finir par apparaître.

Le roman en lui-même, qui est rythmé par la présentation des différentes pièces qui vont être présentées aux enchères, est centré sur le personnage de Nina, dont on suit l’évolution depuis sa jeunesse. Les personnages de son entourage de l’époque comme ceux qui la côtoient aujourd’hui ne paraissent au début que secondaires, au point d’ailleurs qu’on est un peu surpris du manque d’articulation entre le présent et le passé - il n’y a absolument aucune différenciation entre la Nina de 2010 et celle de 1950 !!-, les personnages d’antan et l’entourage de Nina, désormais condamnée à vivre en fauteuil roulant.

Néanmoins, malgré une narration à la troisième personne qui crée une distance inutile, le style simple et fluide ainsi que la qualité de la recherche historique pour retranscrire l’ambiance de l’époque stalinienne poussent le lecteur à aller plus loin pour comprendre comment les évènements se sont enchainés, et comment Nina est arrivée Outre Atlantique. Mais il faut bien reconnaître que le dé-tricotage prend du temps : presque la moitié du livre passe sans qu’il se passe grand-chose au total, c’est un peu long comme entrée en matière ! Passée cette très longue introduction, on s’intéresse réellement au descriptif qui est fait du monde de l’époque stalinienne surtout lorsque nous est rappelé le rôle attribué à certains de ses membres…L’autre point incontestable, c’est la qualité technique de reconstitution du milieu de la danse et de cette institution que représente le Bolchoï.

Le lecteur prendra un certain plaisir à découvrir dans ce roman tout ce qui est mystère, tromperie et faux semblants, même si le côté fleur bleue de cette histoire peut sembler un peu léger et n’est pas particulièrement plausible.

Au total, pour un roman sorti du fonds de la bibliothèque, malgré des longueurs et un manque de coordination de style entre présent et flashbacks, « Un Papillon sous la neige » se laisse lire sans déplaisir, grâce notamment au récit de la vie dans les villes soviétiques sous le règne de Staline, dont on a souvent oublié la dureté.

Ma note : 14/20
AVT_Daphne-Kalotay_3850.jpeg

 photo babelio.com