Show More

Acteurs

Behnaz Jafari

Jafar Panahi

Marziyeh Rezaei

Maedeh Ertegaei

Synopsis


Une célèbre actrice iranienne reçoit la troublante vidéo d’une jeune fille implorant son aide pour échapper à sa famille conservatrice... Elle demande alors à son ami, le réalisateur Jafar Panahi, de l’aider à comprendre s’il s’agit d’une manipulation. Ensemble, ils prennent la route en direction du village de la jeune fille, dans les montagnes reculées du Nord-Ouest où les traditions ancestrales continuent de dicter la vie locale.

Le film a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2018

Mon commentaire

Même si le gouvernement iranien lui a interdit la sortie du territoire depuis 2010, le metteur en scène Jafar Panahi a été plutôt prolixe puisqu’il a réalisé 4 films depuis lors- dont le très remarqué Taxi Téhéran en 2015 – même si tout a été réalisé avec des moyens extrêmement limités et en toute discrétion.
Son nouveau film «Trois visages » est parvenu à être sélectionné au Festival de Cannes et en tant que tel a suscité un intérêt particulier sur la Croisette… 
La célèbre comédienne iranienne Behnaz Farani ( qui joue son propre rôle) a reçu sur son téléphone portable une vidéo de Marziyeh, une toute jeune femme habitant au fin fond des provinces du nord-ouest de l’Iran, désirant devenir comédienne, lui réclamant assistance et intervention d’urgence afin d’échapper aux menaces de sa famille. S’agit-il d’un drame ou de pure manipulation ? Choquée par cet appel à l’aide et voulant en savoir plus, l’actrice s’alloue les services et le 4X4 de son ami et metteur en scène Jafar Panahi (également dans son propre rôle) pour l’accompagner vers le village où habite la jeune fille afin de percer le mystère de cette vidéo troublante...
Le voyage dans les régions reculées du nord-ouest de l’Iran va être pour tous les deux l’occasion de la rencontre avec des villageois fortement attachés aux traditions ancestrales, au milieu desquelles le rôle réservé aux femmes est limité à la portion congrue.

Jafar Panahi signe ici un film mettant en évidence deux mondes appartenant à deux époques radicalement opposées: le monde contemporain du cinéma, de la télévision et des médias, Behnaz Farani étant reconnue partout comme une vedette y compris dans ces régions, univers qui est mis en parallèle avec celui totalement rétrograde de la vie des villageois conservateurs, mettant au ban les femmes qui souhaitent s’émanciper...
Ces « Trois Visages » sont ceux de trois femmes dont la vie tourne autour du milieu du cinéma : si on comprend bien dès le début admiration débordante que Marziyeh porte pour Behnaz Farani, on découvre aussi que cette région extrêmement démunie réserve à ses visiteurs quelques surprises, notamment l’existence d’une ancienne comédienne désormais âgée - on ne verra son visage à aucun moment-, dont la carrière a basculé après l’arrivée au pouvoir du régime des mollahs.
Ce nouvel opus de Jafar Panahi, est une véritable surprise et fait mine de rien l’effet d’un film coup de poing, ne serait-ce qu’avec la dure scène de la vidéo du début, qui constitue un point de départ très original et très puissant. De son côté, Jafar Panahi revendique son droit d’exister en tant que metteur en scène en se filmant ostensiblement devant la caméra, aux côtés de la comédienne Behnaz Farani. « Trois Visages » est un très beau film permettant bien entendu de découvrir la beauté sauvage mais aussi le dénuement de cette région de l’Iran, où l’usage du Farsi se dispute celui de la langue turque et où appariassent encore les racines culturelles azéries. Comme toujours dans les films du réalisateur, afin d’apporter un peu de légèreté à un thème grave, on découvre certaines scènes totalement décalées qui portent à sourire et laissent en arrière-plan la terrible condition des femmes iraniennes de nos jours, qui subissent en permanence soit le joug qui de leur mari, soit celui de leur père ou voire même celui de leurs frères.


« Trois visages » a obtenu le Prix du Scénario lors du dernier Festival de Cannes
 

Ma note : 15/20