CVT_Torremolinos_906
CVT_Torremolinos_906
press to zoom

Résumé

Zélie est une enfant de la balle, née d’une mère script-girl, Aurore dite Mao, et d’un père comédien, François, célèbre notamment pour avoir joué dans Les Brigades du Tigre. Elle est encore toute jeune lorsque Mao tombe amoureuse du cinéaste Claude Chabrol, que Zélie choisit d’appeler par son deuxième prénom, Henri, et dont elle deviendra la fille adoptive et l’une des plus proches collaboratrices, jusqu’à la toute fin.
Des années soixante-dix à nos jours, Cécile Maistre-Chabrol alias Zélie, selon les humeurs et la pudeur, nous livre un récit familial aussi truculent que bouleversant, souvent désopilant, toujours jubilatoire, et parfois déchirant, qui nous plonge tout à la fois dans les coulisses fascinantes du cinéma français et dans une trajectoire de femme d’une originalité folle.

Mon Commentaire

‘Torremolinos’, outre le fait d’être le nom d’une ville balnéaire de la Costa del Sol, est donc le point de départ de ce récit familial, rédigé avec beaucoup de pudeur mais aussi avec humour et tendresse par Cécile Maistre Chabrol…Son nom ne vous dit peut être pas grand-chose au premier abord, mais en y regardant de plus près, elle est la fille qu’Aurore, dite Mao , une script girl a eu avec François Maistre, dont le visage vous reviendra vite en mémoire si comme moi vous avez suivi les épisodes des ‘Brigades du Tigre’ à la télévision dans les années 70-80…Voilà pour ‘Maistre’, mais Zélie a suivi sa mère lorsqu’elle a été épousé en troisième noce le célèbre metteur en scène Claude Chabrol - alias Henri.

C’est bien entendu la rencontre de ses parents qui est racontée ici, deux jeunes adultes épris de liberté et dont les activités professionnelles ont contribué à s’éloigner l’un de l’autre. Zélie, leur fille en a fait certes les frais, mais dont le destin a été scellé malgré elle par la rencontre avec ‘Henri’, ce magnifique réalisateur de père – finalement adoptif. On apprend qu’elle œuvre dans ce milieu du cinéma et de la télévision comme première-assistante réalisatrice et directrice de casting depuis fort longtemps maintenant ! Elle a même signé ‘l’anticonformiste’, un superbe documentaire hommage à ce père tant admiré et aimé…

Avec ‘Torremolinos’, c’est alternativement le récit de morceaux de souvenirs, ceux des rares mais profonds instants passés avec ce père insaisissable, les périodes de conflits avec cette mère plutôt dure et souvent distante, l’importance  pour la petite Zélie des amis de la famille, mais aussi les anecdotes comportementales autour des tournages, dont certains sont particulièrement édifiants sur les tempéraments de certains acteurs, surtout lorsqu’elle évoque ‘Gégé’ (Depardieu) ou Jean Pierre (Marielle). Cette partie révélant l’envers du décor du tournage des films s’avère particulièrement instructive. Sans oublier que l’auteure évoque forcément sa vie privée, son intimité amoureuse et surtout ce fils adoré…

Malgré un montage assez décousu, des passages d’intérêt parfois inégal et le recours à quelques poèmes en prose pas forcément très facile à analyser, ‘Torremolinos’, premier récit de Cécile Maistre Chabrol, ne manque pas de charme et se lit aisément.

Ma note : 14/20
Cécile Maistre Chabrol.jpeg

photo Franceinter.fr