Show More

Vu en streaming sur Netflix - (2021)

Acteurs 

Cheng Chang

Janine Chun-Ning Chang

Christopher Ming-Shun Lee

Samuel Ku

Baijia Zhang

Anke Sun

Lu Hsueh-Feng

He Hsuan- Lin

Hui-Min Lin

Synopsis

​

En enquêtant sur la mort d'un homme d'affaires, un procureur et sa femme découvrent des secrets occultes et sont confrontés à un problème personnel de vie ou de mort.

Mon commentaire

Une fois de plus, le cinéma taiwanais nous surprend avec ce thriller, sorti sur les écrans locaux en janvier dernier, qui débarque directement sur Netflix. Il s’agit d’un thriller, mâtiné de science-fiction et de secrets occultes, un peu à la manière de ‘Seven’…Le film débute avec l’assassinat plutôt barbare dans son manoir de Mr Wang Chi-Cong (Samuel Ku), un riche entrepreneur du domaine de l’immobilier, de l’assurance et de l’éducation pour tous, connu pour ses œuvres caritatives…

Liang Wen Chao (Cheng Chang) un procureur pourtant gravement malade réussit néanmoins à obtenir de mener l’enquête, aux côtés de sa femme flic Ah Bao (Janine Chun-Ning Chang). Très rapidement, il leur apparait que la mort du magnat taïwanais semble être apparentée à des pratiques occultes, mais, à la lecture du testament du défunt, ils découvrent qu’en plus de sa nouvelle femme Li Yan (Anke Sun), figure également comme bénéficiaire direct le Docteur Wan (Christopher Ming- Shun Lee), ami de longue date et partenaire professionnel…Lors de leur enquête, outre la bonne Ah Liang, ils font également la rencontre du jeune Maître Wang Tian You ( Hui-Min Lin),  fils de la victime et de sa défunte première épouse Tang Su-Zhen (Baijia Zhang), qui, quant à lui fait figure de grand absent.

Avec un scénario de cette sorte, on s’attend forcément à découvrir un film plutôt banal – mais non sans intérêt ! - à mesure que l’enquête policière avance. Et pourtant, il n’en est rien, car le thriller mêlé de science-fiction et d’ésotérisme va bientôt basculer vers un mélodrame inattendu et plutôt bien ficelé, avec des rebondissements multiples qui tiennent en haleine jusqu’au bout, et à la clé une belle question qu’il faut se poser vis-à-vis de la maladie : jusqu’où est-on capable d’aller pour sauver son amour ?

Même si sa mise en scène se révèle assez classique, le film bénéficie d’une très belle qualité photographique notamment avec une prépondérance de dégradés de gris crépusculaires, notamment lors des vues aériennes sur Taipei, donnant au film un aspect néo-futuriste. On appréciera que tous les personnages -même secondaires- sont bien dessinés et ont suffisamment de profondeur pour exister dans cette histoire. Mais il faut avouer que le film repose en particulier sur l’interprétation impressionnante de Cheng Chang dans le rôle du procureur atteint par le cancer, particulièrement bluffante. On avait d’ailleurs déjà eu l’occasion d’apprécier son talent aux multiples facettes dans des films tels que ‘Happy Together’, ‘Tigre et Dragon’, ‘2046’, ‘Eros’, ‘les 3 Royaumes’, "The Grandmaster’, The Assassin’, qui font de Cheng Chang un des acteurs asiatiques les plus en vogue actuellement.

Au final, ‘the soul’, grâce à son scénario ingénieux et une interprétation au diapason constitue une belle découverte pour un voyage dans un monde fantasmagorique, confirmant le grand retour du cinéma taiwanais 30 ans après son apogée, et c’est tant mieux !

Ma note :  15/20