Show More

Acteurs

Darya Zhovner

Veniamin Kats

Olga Dragunova

Atrem Tsypin

Synopsis

1998, Nalchik, Nord Caucase, Russie. 
Ilana, 24 ans, travaille dans le garage de son père pour l'aider à joindre les deux bouts. Un soir, la famille et les amis se réunissent pour célébrer les fiançailles de son jeune frère David. Dans la nuit, David et sa fiancée sont kidnappés et une rançon réclamée. Au sein de cette communauté juive repliée sur elle-même, appeler la police est exclu. Comment faire pour réunir la somme nécessaire et sauver David ? Ilana et ses parents, chacun à leur façon, iront au bout de leur choix, au risque de bouleverser l'équilibre familial.

Mon commentaire

1998 à Nalchik, dans le Nord de la Russie. Ilana travaille avec son père dans un atelier automobile : les mains dans le cambouis, elle connaît. Un grand repas autour du rabbin est prévu ce soir: le jeune frère d’Ilana, David, va annoncer ses fiançailles avec Léa...Mais le bonheur tourne court: les fiancés sont victimes d’un kidnapping à la sortie de la fête. La vie de la famille est brisée car malgré la solidarité apparente autour de la communauté, le montant très élevé de la rançon va forcément avoir de conséquences lourdes, y compris pour la rebelle Ilana…D’autant plus que la communauté juive vit repliée sur elle-même et qu’appeler la police est illusoire. Il ne faut pas oublier que nous sommes en pleine déliquescence de la Russie sous Boris Yeltsin. Pour rappel, c’est l’époque du conflit en Tchétchénie et de la destruction de masse des minorités ethniques par les soldats de l’armée légale russe est en cours qui fait même l’objet de reportages à la télévision...

Pour son premier film, le jeune réalisateur de 26 ans, Kantemir Balagov, né lui-même à Nalchik, nous propose une œuvre très dense et dure, reflet de l’atmosphère qui régnait à l’époque En langue russe, « Tesnota » signifie « étroit «, et c’est un réel sentiment d’exigüité qui domine en découvrant cette histoire inspirée défaits réels. De plus, le metteur en scène a choisi de filmer en format réduit 1:33, accentuant le côté limité et l´aspect étouffant de l’histoire, dont on se rend compte que les personnages ont du mal à sortir du cadre de leur vie étriquée. Ici, pas de profondeur de champ, pas de relief : la caméra suit au plus près les personnages par de gros plans des visages ou des corps, avec des images et des rendus parfois très fondus et sombres (exemple la scène du début assez tendancieuse entre Ilana et son frère), mais aussi des scènes aux couleurs flashy à la limite du dérangeant et de l’aveuglement…

Au quotidien on comprend bien que la vie de ces communautés est extrêmement précaire et que les déménagements sont courants, d’autant que toute nouvelle se propage vite en leur sein pouvant provoquer facilement l’opprobre et la fragilisation de la solidarité. Sans compter que la police ne leur est d’aucun secours dans un état où le non droit semble proliférer.

Ilana est interprétée brillamment par la jeune comédienne russe Darya Zhovner, qui a fait ses armes au Théâtre de Moscou et qui réussit à nous transmettre à chaque instant par de simples mouvements du visage sa nervosité et sa rébellion face aux événements. Elle est y formidable de naturel dans son émancipation forcée et dans ses rapports douloureux avec ses parents.

Un premier film fort malgré quelques longueurs mais il est sûr qu’on reparlera de Kantemir Balagov,ce jeune metteur en scène prometteur et de cette actrice étonnante de force et de naturel, Darya Zhovner. Une œuvre qui vaut vraiment le détour.

Tesnota a été présenté au dernier Festival de Cannes dans la Sélection "Un Certain Regard"

Ma note : 14/20