Acteurs 

Wang Jing-chun

Yong Mei

Qi Xi

Wang Yuan

Du Jiang

Synopsis

Au début des années 1980, Liyun et Yaojun forment un couple heureux.
Tandis que le régime vient de mettre en place la politique de l’enfant unique, un évènement tragique va bouleverser leur vie.
Pendant 40 ans, alors qu’ils tentent de se reconstruire, leur destin va s’entrelacer avec celui de la Chine contemporaine.

Mon commentaire

Après avoir réalisé entre autres films « Beijing bicycles » en 2001 et « Shanghai Dreams » en 2005, Wang Xiaoshuai nous emmène faire un long tour de 3 heures dans le passé et plus particulièrement lors des quatre dernières décennies. Il nous invite à suivre surtout le destin de deux familles chinoises et de leurs amis proches depuis les années 80, moment auquel l’économie du pays a commencé progressivement à s’ouvrir sur l’extérieur.
Le film commence par la vue plongeante sur un barrage en amont duquel joue un groupe de gamins. Prêt à les rejoindre, le jeune Haohao essaie de décider son copain Xingxing à ce qu’il l’accompagne... Mais on apprend vite quelques minutes plus tard que seul Haohao est revenu de la baignade, car on fait alors la connaissance de Wang Liyun (Yong Mei) et de Yaojun (Wang Jing-chun), les parents de Xingxing, qui ont amené le corps sans vie de leur fils à l’hôpital le plus proche...

Outre le deuil et le questionnement permanent sur l’origine du drame, le film nous guide à travers les années lors desquelles les relations entre les parents de Xingxing et Haohao se sont créées, au point que les familles sont devenues très proches finalement, puis se sont éloignées, tout cela sur une toile de fond historique en pleine évolution. Lors des premières années de la présidence Deng Xiaoping, les traces de la société découlant du système implanté par le Grand Timonier sont encore très évidentes, ne serait-ce que par les tenues portées par les hommes et les femmes …Puis sont évoquées l’arrivée de la musique et des produits occidentaux, les grandes purges et les licenciements massifs qui se sont multipliés au sein des entreprise d’état peu rentables, la politique natale de l’enfant unique prônée par le Gouvernement et ses incidences, les mouvements migratoires, l’urbanisme … Wang Xiaoshuai nous livre une grande fresque historique magnifique sur son pays,  un peu comme si le mélodrame vécu par les familles de Haohao et Xingxing n’était qu’un prétexte pour analyser l’évolution des mœurs et des modes de pensée. Il recoupe avec talent les époques, les nombreux flashbacks et les ellipses marquant le film étant introduits de façon généralement délicate et n’induisant aucune confusion pour le spectateur. De nombreux détails soigneusement étudiés marquant les époques sont discrètement présents et ne laisseront sûrement aucun spécialiste de la Chine indifférent.

Bien sûr, le film est un peu long et parfois lent, mais la mise en scène, la qualité du jeu des acteurs, notamment celui des parents de Xingxing (qui ont été tous deux récompensés par un double prix d’interprétation lors du dernier festival de Berlin) fait qu’on ne s’ennuie pas, d’autant que contrairement à certains films asiatiques, les jeux des acteurs sont parfaitement naturels, donc jamais excessifs ni caricaturaux.

Cette belle fresque politique qui tient en haleine jusqu’au bout rappelle également aux plus jeunes combien en Chine la présence de l’état reste malgré tout incontournable dans le bonheur de l’individu et son épanouissement.

Ma note : 16/20