Show More

Acteurs 

Charlize Theron

Seth Rogen

O’Sheah Jackson Jr

Andy Serkis

June Diane Raphael

Bob Odenkirk

Synopsis

Fred, un journaliste au chômage, a été embauché pour écrire les discours de campagne de Charlotte Field, en course pour devenir la prochaine présidente des Etats-Unis et qui n’est autre... que son ancienne baby-sitter ! Avec son allure débraillée, son humour et son franc-parler, Fred fait tâche dans l’entourage ultra codifié de Charlotte. Tout les sépare et pourtant leur complicité est évidente. Mais une femme promise à un si grand avenir peut-elle se laisser séduire par un homme maladroit et touchant ?

Mon commentaire

Le film de Jonathan Levine, mettant en rapport Fred Flarsky (Seth Rogen) un journaliste au look douteux qui vient d’être viré de son journal et Charlotte Field (Charlize Theron), Secrétaire d’Etat adoubée pour être candidate à la Présidence par le Président en exercice Chambers (Bob Odenkirk) en voie de se reconvertir dans le cinéma, fait forcément penser aux réalisations de Judd Appatow, célèbre pour ses comédies romantiques un peu trash. Ici, la situation est extrêmement peu banale car le fameux Fred voue une admiration particulière à Charlotte qui a été sa baby-sitter quelques décennies plus tôt ! Le ton volontaire, la force de caractère et l’idéal de société de Charlotte ont toujours séduit Fred, qui va accepter de lui rédiger ses discours de campagne. Charlotte de son côté est intéressée par le non conformisme de Fred et par son franc parler, d’où une complicité évidente mais peu banale qui fait tache dans l’entourage de Charlotte…

Il faut avouer que même si le film est un peu long, on se laisse emporter par les discours directs et caustiques ainsi que par les extravagances du couple que forment Seth Rogen, très bon dans ce rôle de ‘lourdaud’ à l’esprit brillant avec Charlize Theron, juste superbe et particulièrement convaincante. L’intérêt du film réside aussi dans la façon dont de nombreuses thématiques très contemporaines sont abordées, que ce soit la défense de la nature, l’emprise de groupes financiers hyperpuissants sur le monde des média et l’impact sur la liberté d’expression, mais aussi le rôle des femmes dans la vie politique actuelle et également le coup de griffe bien senti ciblant un Président de la plus grande puissance économique mondiale hésitant entre le pouvoir politique et la gloire qu’il pourrait obtenir en se recyclant dans le 7eme art !

Alors, bien sûr, on ne fait pas vraiment dans la dentelle côté humour, qui est de facto un peu gras voire graveleux (à l’image des productions de Judd Appatow), mais il faut admettre qu’on sourit et qu’on rit pas mal. Un moment de détente assuré qu’il ne faut pas bouder.

Ma note : 14/20