Show More

Acteurs 

Guillaume de Tonquédec

Léa Drucker

Lionel Abelanski

Kate Duchene

Liliane Rovère

Michel Jonasz

Jean Yves Lafesse

Synopsis

Toujours accompagné de sa fidèle poule Roxane, Raymond, petit producteur d’œufs bio en centre Bretagne a un secret bien gardé pour rendre ses poules heureuses : leur déclamer les tirades de Cyrano de Bergerac. Mais face à la pression et aux prix imbattables des grands concurrents industriels, sa petite exploitation est menacée. Il va avoir une idée aussi folle qu'incroyable pour tenter de sauver sa ferme, sa famille et son couple : faire le buzz sur Internet.

Mon commentaire

Pour ceux qui ignorent le sujet de ce premier long métrage de Mélanie Auffret (27 ans !), je voulais simplement préciser que « Roxane » n’a absolument rien à voir avec le titre tube éponyme du groupe Police dans les années 80, mais en revanche un peu plus avec l’héroïne d’Edmond Rostand…Et pourtant, de façon inattendue, l’action se déroule en plein cœur de la Bretagne, autour de Raymond ( Guillaume de Tonquédec), éleveur de poules, qui rencontre des difficultés croissantes pour écouler sa petite production bio auprès de la coopérative locale. Roxane n’est autre que la superbe poule blanche domestique de Raymond qui la suit partout. Il possède un goût prononcé pour les tirades de Cyrano de Bergerac, qu’il déclame au quotidien devant son élevage, avec pour effet une production d’œufs tout à fait remarquable. Cependant, face à la tyrannie des marchés et à la concurrence des grands industriels, Raymond se voit dans l’obligation de devoir liquider son exploitation, mais se lance dans un dernier espoir de victoire dans un parcours totalement improbable pour sauver sa ferme, son épouse (Léa Drucker) et plus généralement sa famille : faire le buzz sur Internet.

Cette comédie sociale à première vue loufoque aborde avec une belle sensibilité et visiblement avec un certaine expérience la problématique de la survie des agriculteurs en France aujourd’hui. Leurs conditions de vie sont non seulement difficiles (on ne parle ici que d’œufs, pas de la filière laitière qui connaît semble -t-il des expériences encore plus douloureuses), pour au total un bien maigre résultat financier. La réalisatrice nous dépeint adroitement les frustrations, les drames, mais également la belle solidarité qui parvient à se maintenir entre petits exploitants, souvent contraints de ‘tirer le rideau’ sur leur activité faute de pouvoir combattre. Ici, notre éleveur Raymond refuse de se soumettre au diktat de l’économie capitaliste : son combat passe par l’usage des media du XXIème siècle pour sensibiliser un maximum d’usagers du net, mais également par le biais de l’utilisation des textes et pièces des grands auteurs classiques français. Juste pour prouver un peu plus également que le fait de travailler dans le secteur primaire n’est pas incompatible avec une belle culture intellectuelle.

L’interprétation de Guillaume de Tonquédec est juste parfaite et impressionnante : ce personnage de taiseux tendre et naïf est un rôle de composition qui tranche nettement avec les rôles plus traditionnels auxquels il nous avait habitués jusqu’à présent.

Dans cette jolie fable, on sourit, on s’inquiète certes mais on se réjouit du pouvoir des mots, ceux de Molière, Rostand ou Guitry. L’émotion passe si bien qu’on sort de la projection un peu plus optimiste et soulagé, comme requinqué par l’existence de ce type de personnages qui font du bien.

Ma note : 15/20