Acteurs

Tye Sheridan

Olivia Cooke

Ben Mendelsohn

Lena Waithe

Simon Pegg

Mark Rylance

Synopsis

2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l'OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l'œuf de Pâques numérique qu'il a pris soin de dissimuler dans l'OASIS. L'appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu'un jeune garçon, Wade Watts, qui n'a pourtant pas le profil d'un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant…

Mon commentaire

Pour son deuxième film de l’année après le très politique et brillant « Pentagone Papers », Steven Spielberg nous emmène cette fois sur une de ses terres de prédilection : la science fiction.

Nous voici donc projetés dans le temps, en 2045, dans la (bidon) ville de Columbus, Ohio. Pollution, destruction de l’écologie et pauvreté sont passées par là. Il règne une espèce de chaos où les habitants sont entassés dans des ‘Algeco’ misérables, empilés les uns sur les autres dans un équilibre précaire.

Seule solution pour ne pas défaillir : rejoindre l’Oasis, un pays merveilleux mais totalement factice auquel on accède en portant sur les yeux un casque virtuel en 3 Dimensions, permettant à chacun via un avatar de s’échapper de ce cauchemar et de profiter d’une vie idéale !

L’univers virtuel Oasis a été créé par le chercheur brillant et excentrique James Halliday (Mark Rylance) qui avant de disparaître a choisi de léguer son empire et sa fortune à quiconque parviendra à découvrir le Graal, en l’occurrence  un Oeuf de Pâques numérique, ce qui va déclencher de très vives et violentes convoitises. Un est candidats est Wade Watts (Tye Sheridan), jeune garçon passionné par l’informatique et les résolutions d’énigmes, qui va participer avec ses simples moyens à la course au trésor. Mais il va bientôt se trouver en compétition avec le puissant et nocif Nolan Sorrento (Ben Mendelsohn) dont la soif de pouvoir n’admet aucune limite...L’avatar de Wade, Parzifal, sera aidé dans sa quête et ses combats par Art 3mis/ Samantha (Olivia Cooke), dont il va vite tomber amoureux...

Si vous êtes amateur de jeux vidéo, il est clair que « Ready Player One » est LE film qui est fait pour vous! Mais pas uniquement …

Pas besoin de la projection en 3D pour votre séance pour avoir la garantie d’avoir le tournis dans ce film où s’enchaînent les effets spéciaux sur fond de montagnes russes, monde virtuel oblige. Ce qui est cependant intéressant, c’est que Spielberg s’identifie un peu au personnage central du jeu, James Halliday, professeur nimbus un peu déjanté. Tout au long du film Spielberg nous propage avec intelligence et virtuosité dans un univers pas si décalé que cela, ayant choisi de faire revivre des personnages tels le Géant de Fer, King Kong, Godzilla, Batman, tout cela sur un fond de musiques qui composaient le top des années 80, de Duran Duran, Van Halen, A Ha ou encore Michael Jackson....Action et rebondissements garantis. Sans compter des pointes d’humour sympathiques.

Mais ce qui est drôle paradoxalement c’est on finit par croire qu’il ne s’est absolument rien passé de mémorable entre 1980 et 2045! D’autant plus que le film joue sur les liens affectifs extrêmes qui existent entre la génération des grands parents et celles de leurs petits enfants...

A noter néanmoins que les rues de Columbus sont souvent peuplées de véhicules électriques type Renault Twizzy ( !) et de voitures électriques qui n’ont pas grand-chose de différent de celles qu’on voit circuler en ..2018 !

Le message de la fin remettra tout de même les pendules à l’heure et du baume au cœur tant on finit par se rendre compte que rien ne remplace la réalité en matière de sentiments. Le rêve n’est pas prêt de supplanter la vie, la vraie. Merci Spielberg pour cette belle histoire sympathique.

Ma note : 16/20