Show More

Acteurs

Maryam Touzani

Arieh Worthalter

Abdelilah Rachid

Dounia Binebine

Amine Ennaji

Abdellah Didane

Synopsis

A Casablanca, entre le passé et le présent, cinq destinées sont reliées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais une même quête de liberté. Et le bruit d’une révolte qui monte…

Mon commentaire

Après son précédent opus très controversé au Maroc« Much loved », le réalisateur Nabil Ayouch nous emmène cette fois  pour son nouveau film en 2015 dans les rues de Casablanca à la découverte de destinées de cinq personnes en quête de liberté.

Tout commence en 1982 : nous sommes entraînés dans un petit village du fin fond de l’Atlas, aux côtés d’Abdellah, « Professeur » qui initie les jeunes marocains d’origine berbère à la découverte de la connaissance du monde et de la poésie. Il n’a qu’un tort aux yeux des représentants du gouvernement, et pas des moindres : il enseigne en langue berbère, seule idiome parlé par les petits élèves, alors que le gouvernement impose l’apprentissage de l’arabe et son utilisation exclusive. Bientôt, Abdellah devra renoncer à l’enseignement et quitter l’Atlas, laissant derrière lui une femme qui l’aime et l’admire, Yto ainsi que le petit Ilyas. Yto n’aura de cesse de partir à la recherche de celui qu’elle aime …

En 2015, on retrouve la même Yto qui a certes vieilli, mais à ses côtés on croise le destin et les vies de cinq personnages qui ne rêvent que de liberté. Il ya Salima (Maryam Touzani, coscénariste du film) , très jolie femme occidentalisée vivant en couple mais qui souhaiterait travailler ; puis Joseph, d’origine juive dont la famille est installée au Maroc depuis des décennies, patron d’un restaurant populaire, qui emploie le très sérieux Ilyas qu’il considère comme un ami. Il y a aussi Hakim, qui rêve de devenir le Freddy Mercury du Maroc et se voit en haut de l’affiche, qui assume tant bien que mal son originalité et son homosexualité ; enfin il y a Inès, l’adolescente de 15 ans rebelle et vivant à l’occidentale qui se cherche et découvre sa sexualité…Tous ces êtres vibrent et circulent à la recherche d’un  épanouissement total de leur liberté, en plein milieu d’un monde en ébullition et dont la colère gronde…Sans compter que parallèlement des manifestations aux accès islamistes se multiplient.

Si l’on ne peut être insensible aux destins de ces cinq personnages, le récit de leur quête est un peu brouillon d’autant que les scènes de leur vie courante sont entrecoupées de quelques flashbacks autour d’Abdellah, rebelle assumé qui aussi à l’époque avait refusé de se soumettre aux pressions de l’état. On est certes attendri et impressionné par la volonté des uns et des autres de faire fi de la révolte qui menace. Malheureusement, ce film qui se voudrait choral laisse le spectateur trop souvent en dehors, d’autant qu’on a du mal à comprendre ce qui relie réellement ces différents personnages. Pour ma part, pas de sensation profonde ressentie ni même de véritable émotion, au contraire de ce qui dominait sur « Much loved ».

En fin de compte, un film certes pas désagréable mais un peu flou et manquant de puissance…Peut être est ce pour cela que le film a cette fois obtenu d’être projeté au Maroc, même s’il est interdit au moins de 16 ans ?

Ma note : 13/20