Show More

Acteurs 

Eva Green

Matt Dillon

Zélie Boulant-Lemesle

Alexei Fateev

Lars Eidinger

Sandra Hüller

Synopsis

Sarah est une astronaute française qui s'apprête à quitter la terre pour une mission d'un an, Proxima. Alors qu'elle suit l'entraînement rigoureux imposé aux astronautes, seule femme au milieu d'hommes, elle se prépare surtout à la séparation avec sa fille de 8 ans.

Mon commentaire

Sarah Loreau (Eva Green) vit quelque part en Allemagne avec sa fille Stella (Zélie Boulant -Lemesle), 8 ans. Entre elles s’est construite une vie comme il en existe des millions d’autres, faite de tendresse, d’attention réciproque et de complicité. Mais il existe néanmoins une différence et pas des moindres : Sarah est astronaute et a été choisie pour une mission vers Proxima, à partir du cosmodrome de Baïkonour, l’obligeant à quitter la Terre pour un an, aux côtés d’un Américain Mike (Matt Dillon) et d’un Russe, Anton (Alexei Fateev). Bien que Stella soit d’ores et déjà préparée au départ de sa maman et confiée aux bons soins de son père (Lars Eidinger), au-delà d’un entrainement extrêmement ardu, c’est pour Sarah surtout la séparation d’avec sa fille qui lui pèse…

Ce film d’Alice Wiconour constitue une belle surprise, tant par l’originalité de son propos, mais aussi par son traitement, plutôt dépouillé de toute fantaisie. La réalisatrice nous plonge petit à petit dans le monde incroyable de la haute technologie et de l’ingénierie spatiale, au sein duquel l’homme (la femme) doit se comporter sans aucun état d’âme pour mener à bien une mission certes alléchante mais ô combien risquée, car aucune faute ni moment d’inattention n’est toléré…

Ce qui est intéressant ici, outre le rendu parfait de l’ambiance qui règne dans ces camps préparatoires c’est bien entendu l’analyse des sentiments qu’éprouvent les astronautes au fil des jours qui précédent le grand départ. Alice Winocour nous amène à partager les doutes et les moments de solitude de chacun même si au bout du compte c’est la réalisation d’un rêve qui reprend le pas sur tout le reste. L’idée de choisir un casting international avec l’usage de toutes les langues dans les équipes pour cette mission est également excellente et donne de la crédibilité complémentaire au propos. Et puis, on découvre Eva Green dans ce qui est probablement le meilleur rôle de sa carrière, celui d’une femme talentueuse, courageuse et faisant preuve dans son métier d’un solide caractère, mais à la fois une mère avec « un cœur gros comme ça » : une véritable héroïne des temps modernes. Autre point à souligner : la musique sensorielle du film, signée Ryuichi Sakamoto, qui nous transporte littéralement tout au long de la projection…

Ce thriller passionnant sans être jamais larmoyant traite du monde de l’espace sous un angle jamais vu et constitue un superbe hommage aux femmes, et c’est bien !

Ma note :  16/20