top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGilbert

What's Tina got to do with Cannes?(Qu’est-ce que Tina a à voir avec Cannes ?)



En cette veille de clôture du Festival de Cannes puisque le Palmarès de cette riche édition sera annoncé ce soir, la Croisette a été touchée par la disparition d’une personnalité incroyable, celle de Tina Turner, à l’âge de 83 ans.



Bien sûr, avec son mari Ike dans les années 60 et 70, elle a marqué le monde du rock en étant une véritable bête de scène…Mais celle qui a été l’égérie d’un mari compositeur de génie mais cocaïnomane et qui l’a violentée jusque dans les années 75 n’était pas que la femme de…



Côté cinéma, on l’avait déjà aperçue au cinéma dans ‘Gimme Shelter’ de David Maysles, Charlotte Swerin et Albert Maysles (1970) dans lequel Tina rencontrait les Rolling Stones (on dit que Mick Jagger s’est largement inspiré de ses déhanchés sur scène), puis dans (Taking off’ de Milos Forman (1971) puis en 1975 dans ‘Tommy’ de Ken Russell…




Elle a prouvé sa force de caractère, sa détermination et son talent en revenant seule chanter sur scène au milieu des années 80, avec des morceaux devenus d’anthologie : ‘Private Dancer’, ‘What’s love got to do with it’, ‘The best’, …sont des tubes géniaux qu’on n’est pas prêt d’oublier.

C’est aussi l’époque où sa carrière de chanteuse vire vers celui du cinéma, où elle apparait avec sa crinière blonde en incarnant la tante Entity dans le désormais classique ‘Mad Max au-delà du Dôme du tonnerre’ de George Miller (1985), film dont pour la B.O elle interprétera la chanson ‘We don’t need another hero’.



On la verra aussi interpréter son propre rôle dans ‘Tina’ de Brian Gibson (1993), un film biographique avec Angela Bassett, puis on la retrouvera comme l’interprète du morceau phare du James Bond de 1995, ‘Goldeneye’, signé par martin Campbell.



Elle avait fait ses adieux à la scène en 2009, à l’âge de 70 ans mais on sait que son talent et sa pêche ont largement influencé de nombreuses stars noires américaines d’aujourd’hui, telle Beyoncé.


Tina va vraiment nous manquer…RIP !



Dans cette chronique , on ne pouvait pas non plus ne pas évoquer la disparition de Helmut Berger, l’acteur autrichien fétiche de Luchino Visconti, qui a tout de même tourné plus d’une quarantaine de films durant les 50 dernières années, dont beaucoup sous la direction de metteurs en scène italiens : Vittorio de Sica (le jardin des Fizzi Contini –1970), Sergio Gobbi ( le beau monstre- 1971, les voraces 1973), Luchino Visconti (‘Les Damnés’ 1969, ‘Ludwig, le crépuscule des Dieux’, aux côtés de Romy Schneider -1973, ‘Violence et passion’ 1974…..), mais aussi Joseph Losey , Francis Ford Coppola ( ‘le parrain 3ème partie - 1990), Yves Boisset, Bertrand Bonello.


Helmut Berger a marqué toute une époque par sa beauté singulière…Il a été la muse et le compagnon de Luchino Visconti, puis est devenu ces dernières années un représentant de la jet-set. On dit même de lui qu’il a été le rival ‘Alain Delon au cinéma.

Déstabilisé par la mort du réalisateur, il a sombré dans l’alcool et la drogue et le milieu dit qu’il a brûlé sa vie par les deux bouts. Il est décédé le 18 mai dernier à l’âge de 78 ans.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page