Rechercher
  • Gilbert

We wish you a Merry Xmas, we wish you a Merry Xmas and a Happy New Year….

gif

Avec la période de Noël, l’année cinéma 2019 touche donc à sa fin, et c’est l’heure des bilans. Force est de constater que l’année écoulée aura été porteuse de nombreux films de qualité, c’est pour « Bobines et Papyrus » la première année avec plus de 20 films (22 exactement !) dont les notes ont été supérieures ou égales à…17, et parmi ceux-ci, une fois n’est pas coutume, la moitié sont des films français.

Ainsi et pour mémoire - cocorico ! - nos salles obscures ont vu se réunir devant les écrans les spectateurs pour « Les Misérables »de Ladj Ly (Prix du Jury à Cannes), mais aussi pour « Hors Normes » d’Olivier Nakache et Éric Toledano ( film qui a d’ailleurs assuré la clôture du dit Festival), pour le très beau ‘Chant du Loup » d’Antonin Baudry, ce thriller original à grand budget , pour le très réussi mais glaçant « Grâce à Dieu » de François Ozon, pour « J’accuse » du très controversé même si talentueux Polanski, pour ‘La Belle Époque » de Nicolas Bedos, pour le magnifiquement sensuel « Portrait d’une jeune fille en feu » de Céline Sciamma, ou encore le très réussi film animé « J’ai perdu mon corps » de Jérémy Clapin, sans oublier « Trois jours et une vie » de Nicolas Boukrief ou « une intime conviction » d’Antoine Raimbault, sans oublier « nous resterons ensemble » de Guillaume Canet, ou de l’adaptation à l’écran de « Edmond », par Alexis Michalik de sa propre pièce.

Et hors de l’hexagone, les réussites ont été également spectaculaires , à commencer par le fabuleux « Joker » de Todd Phillips qui a su rallier un public énorme autour d’un film sans effets spéciaux, mais avec suffisamment d’imagination et de talent pour concurrencer la série phare des Marvel/Disney : il faut dire que le film doit énormément à la prestation incroyable de son héros, Joaquin Phoenix, totalement bluffant dans ce rôle de déjanté qui cherche simplement de la reconnaissance…Et puis bien sûr, dans le palmarès 2019, on ne peut oublier « Parasite » de Bong Joon-ho qui a réconcilié succès public et choix du jury cannois qui lui a décerné sa Palme d’or, mais aussi « Douleur et Gloire », magnifique œuvre autobiographique très inspirée de Pedro Almodovar. Qui d’autre ? Eh bien, le récent « La vie cachée » de Terrence Malik, film d’une beauté sans égale malgré un sujet tragique, le très original « The favorite » de Yorghos Lanthimos, et bien entendu des créations comme 3sorry we missed you » (Ken Loach), Il Traditore (Marco Bellocchio) ou le plus récent « Brooklyn affairs » d’Edward Norton, où il est à la fois devant et derrière la caméra.Et puis, on peut faire apparaître dans cette sélection également le « Green book, les routes du sud » de Peter Farelly qui d’ores et déjà a été récompensé en début d’année Outre Atlantique. Une belle collection au total !


Mon palmarès Top 10 - année 2019 est donc le suivant :

1/"The Joker" de Todd Phillips

2/"The Green Book, les routes du sud" de Peter Farelly

3/"A hidden Life (une vie cachée)", Terrence Malick

4/"Hors norme", Eric Toledano et Olivier Nakache

5/"Le Chant du Loup", Antonin Baudry

6/"Parasite", Bong Joon ho

7/"La belle Époque", Nicolas Bedos

8/"J’accuse", Roman Polanski

9/ "Portrait d’une jeune fille en feu", Céline Sciamma

10/"Douleur et Gloire", Pedro Almodovar


Film favori pour les Oscars : "The Joker", avec l'Oscar du meilleur acteur pour Joaquin Phoenix, bien sûr!

Côté César : il va y avoir du monde à récompenser aussi et mes favoris pour les César du meilleur rôle masculin : Daniel Auteuil dans « la Belle Epoque » ou Vincent Cassel dans « Hors normes », et en outsiders, Olivier Gourmet dans « Une intime conviction », ou François Civil dans « le Chant du loup »

Pour le César de la Meilleure actrice : Adèle Haenel dans « Portrait d’une jeune fille en feu », Dora Tillier dans « la Belle Epoque », et en outsiders, Cécile de France dans « un monde plus grand », Eva Green dans « Proxima »


A côté de l’espace rétrospective, vient aussi souvent le moment hommage ou émotion… Et ce mois de décembre a vu disparaître à quelques jours d’écart deux actrices de la même génération, même si leur profil a été fort différent et leur carrière très dissemblable : d’un côté, celle qui a été la James Bond Girl de « Thunderball », Domino, alias Claudine Auger, aux côtés de Sean Connery, dont la filmographie s’est étirée jusque dans les années 90 avec des rôles souvent secondaires. Et de l’autre, Anna Karina, la jolie actrice d’origine danoise, muse de Jean Luc Godard de 1960à 67, mais aussi chanteuse lancée la même année par Gainsbourg dans l’unique comédie musicale « Anna », pour laquelle ‘sous le soleil exactement’ est resté gravé dans nos mémoires… Anna Karina mènera en parallèle ces deux carrières avec talent jusque dans les années 2010, sans compter les quatre romans qu’elle a écrits…Nulle doute que ces actrices vont nous manquer, tant elles évoquaient à elles deux toute une époque faite de beaucoup d’insouciance et d’espièglerie.





Merry Xmas and Happy New Year !


Chers lecteurs internautes, je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année et vous présente mes meilleurs souhaits pour 2020 !


gif


Rendez-vous pour la prochaine Newsletter le 9 janvier !