top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGilbert

Le cinéma espagnol qui rit et le cinéma espagnol qui pleure…


....Qui pleure, suite à la disparition à 91 ans de Carlos Saura le 10 février dernier, véritable mentor du cinéma espagnol, surtout prolixe à partir des années 70 : il a présenté pas moins de 12 longs métrages en Sélection officielle entre 1960 (avec Los Golfos, sa première réalisation) et 1998 au Festival de Cannes. Et durant toute sa vie aura tourné une cinquantaine de films !

Comme le rappelle le site Allo Ciné, ‘le cinéaste recourt à des métaphores et au symbolisme, ce qui lui permet de critiquer sans complexe la société franquiste et de s'attaquer aux piliers du régime que sont l'église, l'armée et la famille’, notamment dans des films comme Le Jardin des délices (1970), Anna et les loups (1972) et La Cousine Angélique (1973).


‘Pendant toute cette période, Carlos Saura est inspiré par une muse avec qui il tourne neuf films et qu'il finit par épouser : Geraldine Chaplin. Il réalise son plus gros succès avec Cria Cuervos qui remporte le Grand Prix du Jury à Cannes en 1976 et dont la musique originale est un véritable tube.’



A partir des années 80, Carlos Saura s’inspirera davantage de la musique et de la danse, avec la trilogie ‘Noces de sang’ (1981), ‘Carmen’ (1983), puis ‘L’amour sorcier’ (1985). Il complètera celle-ci avec ‘Tango’ (1998), véritable déclaration d’amour à la musique hispanique. Ses créations plus récentes resteront moins en mémoire, même s’il a continué à tourner jusqu’en 2022, en présentant un film ayant pour thème la création d’une comédie musicale ‘méta’, ‘Le roi du monde’.



Alors qu’un hommage chaleureux lui a été rendu ainsi qu’à son œuvre, côté cinéma qui rit, la cérémonie des Goya (équivalent espagnol des César) ou des Oscar américains) a récompensé le génial film ‘As Bestas’ de Rodrigo Sorogoyen, qui a raflé pas moins de 9 statuettes, dont ceux de meilleur scénario, meilleur réalisateur et meilleur acteur masculin, dans un premier rôle pour Denis Ménochet, sans oublier un Goya du meilleur second rôle masculin pour Luis Zahera (qui y joue le rôle de son ennemi et voisin)…




Côté rubrique nécrologique, on a appris successivement la disparition d’un autre grand metteur en scène, celle du britannique Hugh Hudson, à l’âge de 86 ans. On lui doit notamment le magnifique film ‘les chariots de feu’ (1981) récompensé par de nombreux prix, ainsi que ‘Greystoke, la légende de Tarzan’ (1984) …R.I.P !




Puis hier a été annoncé la disparition de la magnifique actrice Raquel Welch, à l’âge de 82 ans, considérée comme un véritable sex-symbol dans les années 60 et 70. C’est d’ailleurs sur des podiums lors de victoires lors de concours de beauté qu’elle a été remarquée. De mannequin, elle gagne petit à petit le statut d’actrice, décrochant d’abord des petits rôles à Hollywood. Malgré une quarantaine de films tournés, elle regrettera que même les cinéastes les plus connus (Richard Fleisher, Stanley Donen, Edward Dmytryk…) l’aient malheureusement cantonné à des rôles plus centrés sur son physique de sex-symbol que sur ses qualités d’actrice. Résultat, ses interprétations seront malheureusement toujours cantonnées à des rôles secondaires, hormis un Golden Globe en 1975 pour sa prestation dans 'les Trois Mousquetaires' de Richard Lester…R.I.P. !


Afin de ne pas terminer sur une note trop sombre, rappelons que le 24 février prochain se déroulera la 48ème nuit des César. Êtes-vous prêts à parier sur les lauréats pour les nominations ci-dessous ? En BLEU, figurent les choix de ‘Bobines et Papyrus’


César de la meilleure actrice

Fanny Ardant dans LES JEUNES AMANTS Juliette Binoche dans OUISTREHAM Laure Calamy dans A PLEIN TEMPS ou Virginie Efira dans REVOIR PARIS Adèle Exarchopoulos dans RIEN À FOUTRE


César du meilleur acteur

Jean Dujardin dans NOVEMBRE Louis Garrel dans L’INNOCENT Vincent Macaigne dans CHRONIQUE D’UNE LIAISON PASSAGÈRE Benoît Magimel dans PACIFICTION – TOURMENT SUR LES ÎLES Denis Ménochet dans PETER VON KANT


César de la meilleure actrice dans un second rôle

Judith Chemla dans LE SIXIÈME ENFANT Anaïs Demoustier dans NOVEMBRE Anouk Grinberg dans L’INNOCENT Lyna Khoudri dans NOVEMBRE Noémie Merlant dans L’INNOCENT


César du meilleur acteur dans un second rôle

François Civil dans EN CORPS Bouli Lanners dans LA NUIT DU 12 ou Micha Lescot dans LES AMANDIERS Pio Marmaï dans EN CORPS Roschdy Zem dans L’INNOCENT


César du meilleur espoir féminin

Marion Barbeau dans EN CORPS Guslagie Malanda dans SAINT OMER Rebecca Marder dans UNE JEUNE FILLE QUI VA BIEN Nadia Tereszkiewicz dans LES AMANDIERS Mallory Wanecque dans LES PIRES


César du meilleur espoir masculin

Bastien Bouillon dans LA NUIT DU 12 Stefan Crépon dans PETER VON KANT Dimitri Doré dans BRUNO REIDAL, CONFESSION D’UN MEURTRIER Paul Kircher dans LE LYCÉEN Aliocha Reinert dans PETITE NATURE


César du meilleur scénario original

À PLEIN TEMPS LES AMANDIERS EN CORPS L’INNOCENT ou SAINT OMER


César de la meilleure adaptation

COUPEZ ! ENQUÊTE SUR UN SCANDALE D’ÉTAT LA NUIT DU 12


César de la meilleure réalisation

Cédric Klapisch pour EN CORPS Louis Garrel pour L’INNOCENT Cédric Jimenez pour NOVEMBRE Dominik Moll pour LA NUIT DU 12 Albert Serra pour PACIFICTION – TOURMENT SUR LES ÎLES


César du meilleur film d’animation

ERNEST ET CÉLESTINE : LE VOYAGE EN CHARABIE réalisé par Jean-Christophe Roger et Julien Cheng MA FAMILLE AFGHANE réalisé par Michaela Pavlatova LE PETIT NICOLAS – QU’EST-CE QU’ON ATTEND POUR ÊTRE HEUREUX ? réalisé par Amandine Fredon et Benjamin Massoubre


César du meilleur premier film

BRUNO REIDAL, CONFESSION D’UN MEURTRIER réalisé par Vincent Le Port FALCON LAKE réalisé par Charlotte Le Bon LES PIRES réalisé par Lise Akoka et Romane Guéret ou SAINT OMER réalisé par Alice Diop ou LE SIXIÈME ENFANT réalisé par Léopold Legrand


César du meilleur film étranger

AS BESTAS réalisé par Rodrigo Sorogoyen ou CLOSE réalisé par Lukas Dhont LA CONSPIRATION DU CAIRE réalisé par Tarik Saleh EO réalisé par Jerzy Skolimowski SANS FILTRE réalisé par Ruben Östlund


César du meilleur film

LES AMANDIERS réalisé par Valeria Bruni Tedeschi EN CORPS réalisé par Crédit Klapisch L’INNOCENT réalisé par Louis Garrel ou LA NUIT DU 12 réalisé par Dominik Moll PACIFICTION – TOURMENT SUR LES ÎLES réalisé par Albert Serra




Rendez vous le 24 février pour la remise des prix ( cérémonie diffusée en clair sur Canal Plus !)


Remerciements pour les photos à ( dans l'ordre d'apparition à l'écran : Le Parisien, Getty Images, You Tube, Cinespagne.com, DigitalCiné, Lapresse.ca, , EcranLarge, AlloCiné, Vogue.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page