Rechercher
  • Gilbert

Back to business...


Que contient donc le cartable de la rentrée de l’amateur du 7ème art (entre autres) ?


L’été s’achève ... Vous avez sans aucun doute dans la tête de belles images de lieux superbes, un peu de sable dans les chaussures, des souvenirs - que j’espère bons ! - à gogo : c’est l’heure de la reprise. Bientôt la rentrée des classes, l’heure des bonnes résolutions pour prolonger l’esprit des vacances et contrer par avance toute forme de stress ou de contrariété...

De mon côté, je suis ravi de vous retrouver pour cette 23ème newsletter !

J’ai essayé d’être un minimum efficace et vous ai sélectionné pour votre cartable les films et livres auxquels j’ai attribué des notes au dessus de 14/20 (note minimale acceptée par les adeptes!) durant l’été. Vous verrez qu’en dehors de la superproduction « Mission impossible Fallout », (j’ai squeezé les Marvel et autres productions du même style) il y a quelques très beaux films à ne pas manquer. Ma préférence va sans hésiter à « BlackKklansman » de Spike Lee, puis à « The Guilty », thriller original danois palpitant, intelligent bien que très minimaliste, mais aussi entre autres pêle-mêle « My Lady », « le Poirier Sauvage », « Detective Dee », « le Monde est à toi »... C’est d’ailleurs à mon goût le seul film français de vraie qualité cet été, les productions françaises sur les écrans ayant été minimalistes et/ou de piètre qualité !

Vous découvrirez mon point de vue sur l’adaptation par Christophe Duthuron de la BD de W. Lupano et P. Cauvet, « les Vieux Fourneaux ».


Côté livre, mon gros coup de cœur de l’été a été double : d’abord avec « les Passeurs de livres de Daraya » de Delphine Minoui, document fabuleux, puis « le Lambeau » de Philippe Lançon, magnifique ouvrage très poignant, puis dans le désordre « L’autre qu’on adorait » de Catherine Cusset, « En finir avec Eddy Bellegueule » d’Edouard Louis, « cette nuit » de Joachim Schnerf

(Prix Orange 2018)…


Pour moi, l’été a donc été agréablement occupé, d’autant qu’en périodes de forte chaleur, les salles de cinéma sont climatisées ! J’ai aussi eu en juillet l’heureuse surprise de réaliser au moment de récupérer ma valise à Orly que j’avais partagé incidemment un vol entre Ajaccio et Paris avec deux très grandes actrices, Chiara Mastroianni et Sandrine Kiberlain. Toutes deux très simples comme d’habitude et très naturelles ! Ce sont donc leurs visages que j’ai choisis pour illustrer cette rentrée 2018. Peut-être un heureux présage pour un amateur de cinéma

comme moi ?


Dans un autre registre, vous avez sûrement appris que Robert Redford a décidé à 81 ans de prendre sa retraite en tant qu’acteur. Quels parcours et carrières magnifiques ! On lui souhaite un repos bien mérité ; mais en ce qui me concerne, j’ai l’impression qu’il n’a pas jeté l’éponge et qu’il pourrait revenir derrière la caméra. Et on n’oubliera jamais ce qu’il a imposé aux Etats Unis en créant le festival du film indépendant de Sundance, qui bien souvent nous a révélé quelques pépites.


Voici donc venu le temps de la rentrée. Avec elle, après le festival du film francophone d’Angoulême qui s’est déroulé il y a quelques jours, rapidement vont s’enchaîner d’abord le Festival du Film Américain de Deauville, puis la Mostra de Venise...

Cela nous réserve sûrement pleins de belles émotions et une multitude de nouveautés sur les écrans, dont j’aurais probablement l’occasion de vous parler prochainement !

Belle rentrée à tous !


Gilbert