top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGilbert

Aimer Barbie ou pas? L'été de la revanche de Mattel et du cinéma américain


Alors qu’approche l’heure de la rentrée des classes, on est en droit d’établir un bilan des films proposés cet été sur les écrans des salles obscures françaises. Une fois de plus, c’est le cinéma d’Outre Atlantique qui s’est taillé la part du lion, avec d’une part des recettes record (plus d’1 milliard de Dollars US rien qu’aux Etats Unis, alors que l’exploitation du film continue) pour ‘Barbie’, le film réalisé par l’Américaine Greta Gerwig (assisté pour le scénario de son partenaire, le non moins célèbre auteur de comédies Noah Baumbach). C’est du jamais vu pour une réalisatrice, et ça, c’est plutôt bien, même si l’enthousiasme autour de son œuvre parait pour le moins exagéré. Car en creusant juste un peu, on a l’impression d’avoir été embobiné dans une immense opération de marketing visant à redorer le blason de Mattel, une méga société US, propriétaire de nombreuses marques de jeux et jouets qui, pour le cas de Barbie, était en perte de vitesse. Car honnêtement avant cet été, qui, parmi les petites filles nées depuis le début du millénaire étaient réellement intéressées ou en possession de ces poupées ? Coup de com réussi à 100% puisque les ventes de Barbie, ont redécollé en flèche…

A signaler tout de même que ces succès publics arrivent alors qu'Hollywood est en pleine crise existentielle, entre les grèves des scénaristes et le soutien que leur apportent un certain nombre de grands acteurs, tels F. Murray Abraham, Christian Slater ou encore Jessica Chastain....



De mon côté, loin de ce conflit qui pourrait perdurer, j’ai de loin préféré la réalisation de Christopher Nolan, avec son film fleuve ‘Oppenheimer’, qui m’a bluffé. Pour une fois, pas par la façon dont le film a été réalisé, puisqu’avec Nolan, on est souvent surpris par ses trouvailles artistiques. Malgré son classicisme, j’ai totalement été conquis par l’histoire de ce génial physicien, capable du meilleur sans doute alors qu’il a créé le pire qui soit, l’actualité quotidienne est malheureusement là pour nous le rappeler. L’acteur Cillian Murphy qui incarne Oppenheimer n’y est sans doute pas pour rien (il est parfait), mais pour moi en plus d’une histoire passionnante, si le casting est globalement bon, l’intérêt a été sublimé par la prestation hors pair de Robert Downey Jr, qui devrait faire figure de favori pour un Oscar pour un second rôle. A signaler que le box-office américain (et français) a réservé à ce film un accueil de grande qualité, preuve que même des sujets très sérieux peuvent attirer le chaland !

Enfin, ‘Mission Impossible Dead Reckoning Part 1’ a été bien perçu, tant Christopher McQuarrie a tenu ses promesses et Tom Cruise a su encore nous tenir en haleine…



Pas grand-chose en revanche côté film français, et guère plus pour les créations européennes jusqu’à ce jour, jour qui voit sortir sur les écrans ‘ Anatomie d’une chute’ de Justine Triet, film qui a fait polémique mais qui s’est vu attribuer la Palme d’Or à Cannes en mai dernier, dont on parlera prochainement !

Vu aussi ‘Yannick’ le dernier long métrage de l’iconoclaste Quentin Dupieux, dont la critique est à suivre prochainement. Et pour moi qui ne suis pas un fan traditionnellement, j’avoue avoir passé un bon moment !


Je ne pouvais pas rédiger cette première critique de la nouvelle saison sans évoquer les disparitions survenues au fil de jours cet été, à commencer par celle de l’égérie de Serge Gainsbourg, la ‘petite Anglaise’ chouchou des Français depuis plus d’une cinquantaine d’années, Jane Birkin. Son accent si charmant, son naturel ingénu touchant, son franc parler pour défendre ses engagements nous manquent déjà. D’autant que sa carrière a été triple, au cinéma comme sur scène au théâtre, pour des pièces mais aussi pour des concerts souvent intimistes, dans lesquels elle rendait hommage à son Pygmalion.




Côté disparition dans le 7eme art, il faut noter celle du réalisateur William Friedkin (également acteur et scénariste), qui entre autres avait réalisé le glaçant ‘Exorciste’ (1973) ou encore ‘French Connection’ (1971).


On ne peut pas non plus passer sous silence la disparition d’une grande dame du monde de la littérature, qui pour ma part m’a ouvert les yeux et l’esprit sur un sujet dont elle est devenue la référente : l’histoire de la Russie et de L’URSS. Je veux bien sûr parler d’Hélène Carrère d’Encausse. En 1999, elle est devenue la Première femme à avoir été élue à la tête de l’Académie Française. Une femme dont le savoir historique et la clairvoyance suscitent un véritable respect.


Nous voici à quelques encablures du Festival de Deauville et de la Mostra de Venise, avec plein de nouveautés à découvrir…En attendant bien sûr Dune Part 2, ‘Les Trois Mousquetaires ‘Milady’, ‘le livre des solutions’ de Michel Gondry, ‘le procès Goldman’ de Cédric Kahn, le ‘Napoléon ‘ de Ridley Scott, ‘Une année difficile’ de Nakache et Toledano, ou encore ‘Coup de chance’ de Woody Allen…




Bonne rentrée à tous !



0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page