Rechercher
  • Gilbert

Adieu géniale Agnès Varda...

Alors que vient de tomber la nouvelle de la disparition d’Agnes Varda ( le 29 mars dernier), il était logique et évident que Bobines et Papyrus devait lui rendre un hommage à travers une chronique. Agnès Varda nous a donc quittés à l’aube de ses 89 printemps...

Pour ceux qui l'ignoraient, elle a d’abord exercé la profession de photographe avant de se lancer dans la réalisation de films pour le cinéma dans les années 50/60. Elle a été l’une des rares femmes réalisatrice de la Nouvelle Vague, sûrement sur les conseils du grand metteur en scène Jacques Demy, avec lequel elle a partagé plusieurs décennies de vie commune. Mais par rapport au cinéma de ses pairs masculins de cette époque, celui d’Agnès Varda possède quelque chose de différent : on l’appelle "cinéma rive gauche ", probablement en raison de sa coloration plus sociologique et plus politique. Ainsi les grands festivals commencent à la distinguer , d'abord avec "Cléo de 5 à 7", sélectionné au Festival de Cannes en compétition en 1962, le film "le Bonheur" récompensé en 1965 par le prix du Jury à Berlin en 1965. Outre-Atlantique où elle se rendra à plusieurs reprises , elle se lancera dans le tournage de documentaires, proposant une production éclectique de longs et de courts métrages...Puis elle obtiendra même avec "Sans toit ni loi" le Lion d'Or au Festival de Venise en 1985.

A la disparition de Jacques Demy en 1990, elle tournera un film hommage "Jacquot de Nantes" , puis en 2000, elle signe un documentaire "les glaneurs et la glaneuse" qui recevra un accueil enthousiaste du public, suivi en 2008 d'un film en forme d'autoportrait " les plages d'Agnès" , récompensé par un César du meilleur film documentaire. Même si ces réalisations se font plus rares, Agnès Varda ne chôme pas, puisqu'elle se lance aussi dès 2006 dans activité d'artiste visuelle en proposant des installations dans différentes expositions d'art contemporain. 

certains spécialistes n'hésitent pas à affirmer qu'elle a été la source d'inspiration d'un grand nombre de metteurs en scène actuels, citant pêle-mêle Sally Potter, Greta Gerwig ou encore Lina Wertmüller côté féminin, voire même Wes Anderson qui lui a emprunté des idées , des gimmiks, et dont certains génériques de films se sont clairement inspirés de celui de "Cléo de 5 à 7".

Malgré une Palme d'honneur qui lui est décernée à cannes en 2015, c'est finalement les spectateurs et le monde du cinéma d'Outre-Atlantique qui lui feront l'honneur

de lui attribuer un Oscar d'honneur en 2017, en remerciement de sa contribution professionnelle et artistique . Car pendant toute sa carrière , la réalisatrice aux célèbres cheveux bicolores a réellement fait souvent office de guide spirituelle et d'inspiration absolue. C'est d'ailleurs Agnès Varda qui mettra en pratique la première dans son premier long métrage "la pointe courte" en 1954 tous les 'ingrédients' et éléments qui annoncent les premiers frémissements de la Nouvelle Vague...Mais l'histoire du cinéma ne retiendra - avec une certaine misogynie - que les talents des Truffaut, Resnais, Chabrol ou Godard dont les oeuvres et affiches couvriront les façades de nombreuses salles de cinéma en 1959 ou 1960,

Alors Agnès Varda n'est pas vraiment que la douce petite dame souriante qu'on a revu récemment aux côtés de l'artiste contemporain JR, avec lequel elle a tourné en 2017 "Villages, visages". Si une véritable amitié réciproque les a réunis en 2015 alors qu'ils ont décidé de travailler ensemble, il est clair que l'expérience d'Agnès Varda a séduit l'artiste JR, au point qu'il avait réalisé une photo de la réalisatrice qu'il emmenait partout avec lui. Au lendemain de sa disparition, J.R a symboliquement décidé de laisser échapper cette effigie dans le ciel , en l'accrochant à une multitude de ballons qui ont pris leur envol, en même temps que l'âme de la réalisatrice s'envolait. Une très belle idée pour un hommage original et mérité à une décidément Grande dame du cinéma, dont le talent a peut être été occulté par la célébrité d'un Jacques Demy au talent incontournable.