Acteurs

Agnès Jaoui

Jean Pierre Bacri

Léa Drucker

Kevin Azaïs

Sarah Suco

Hélène Noguerra

Nina Meurisse

Synopsis

Castro, autrefois star du petit écran, est à présent un animateur sur le déclin. Aujourd'hui, son chauffeur, Manu, le conduit à la pendaison de crémaillère de sa productrice et amie de longue date, Nathalie, qui a emménagé dans une belle maison près de Paris. Hélène, sœur de Nathalie et ex-femme de Castro, est elle aussi invitée. Quand ils étaient jeunes, ils partageaient les mêmes idéaux mais le succès a converti Castro au pragmatisme (ou plutôt au cynisme) tandis qu'Hélène est restée fidèle à ses convictions.
Leur fille, Nina, qui a écrit un livre librement inspiré de la vie de ses parents, se joint à eux.
Alors que Castro assiste, impuissant, à la chute inexorable de son audimat, Hélène tente désespérément d'imposer dans son émission une réfugiée afghane. Pendant ce temps, la fête bat son plein...

Mon commentaire

Castro(Jean-Pierre Bacri), la soixantaine bien tassée, animateur TV sur le déclin, se rend avec son chauffeur Manu (Kevin Azais) chez sa productrice Nathalie (Léa Drucker).Elle a organisé une grande fête à l’occasion de la crémaillère dans sa somptueuse maison de la région parisienne. Les invités attendent impatiemment le présentateur qui anime un talk show à la télé depuis plus de 15 ans, même si ce dernier se prête de mauvaise grâce au jeu des autographes et des photos. Nathalie a aussi convié sa sœur Hélène (Agnès Jaoui) ex compagne de Castro, qui a conservé ses idéaux et milite désormais pour le droit des immigrés, mais aussi Nina (Nina Meurisse), leur fille romancière. Cette dernière rencontre un certain succès auprès du public après la parution d’un livre à consonance fortement autobiographique...

De nature très opportuniste et toujours à l’affût de bonnes idées, Nathalie a également invité Biggistar, un jeune You Tubeur qui est suivi par des milliers de fans sur le net, aux côtés d’amis de longue date et de relations pour cette soirée qui se veut mémorable. Cependant, toute cette fête complique ses relations avec un voisinage agricole plutôt hostile et à bout de patience …

Pour ce nouveau film réalisé par Agnès Jaoui - dont elle a cosigné les dialogues avec Jean Pierre Bacri - nous retrouvons ses thèmes favoris : l’effet du temps qui passe et la vieillesse, avec les craintes d’un désamour et la multiplication des désillusions. Mais cette fois, elle y a ajouté une peinture sociologique au vitriol du milieu de la télévision et du show-biz (Castro fait un peu penser un peu à Thierry Ardisson), mais ébauche aussi une comparaison entre les animateurs présents sur les  réseaux sociaux dont sont friands tous les jeunes et la télé, qu’elle trouve définitivement destinée à un public vieillissant. Autre constatation sur ce film très caustique, néanmoins souvent à l’image des précédents films d’Agnès Jaoui- Jean Pierre Bacri: le gouffre qui sépare le monde bobo parisianiste plein de fric et celui de la France profonde, celui des gens qui se lèvent tôt...Peut être décrit de manière un peu trop de façon caricaturale toutefois.

Que retenir de ce film « Place Publique »? Au total, une histoire pas très drôle (on sourit mais avec parcimonie) dans laquelle ressort une grande amertume malgré une apparente et bruyante ambiance de fête, le temps d’une soirée pendant laquelle les pendules de chacun sont remises à l’heure, parfois cruellement. Hélène (Agnès Jaoui) et Castro (Jean Pierre Bacri) incarnent des personnages dont les vies sont aux antipodes l’une de l’autre, on peut croire peut être inspirées de leur expérience véritable ? Quoi qu’il en soit, ils ont tous deux très à l’aise dans leur rôle respectif, mais ce sont des personnages qu’on a eu déjà l’occasion de leur voir jouer. La vraie bonne surprise côté interprétation provient davantage de Nathalie (Léa Drucker), excellente en maîtresse de maison exigeante mais totalement décalée, qui apparaît connectée au monde de la télévision et du showbiz H 24. Son amour pour Pavel détonne et on se rend compte que son métier lui a fait perdre le sens de la réalité, au point qu’elle ne voie plus ce qui se passe sous son toit !. On appréciera aussi la très belle qualité de la photographie sous la direction d’Yves Angelo.

Toutefois, on regrette un peu aussi que le « Sens de la Fête », sorti à l’automne dernier sur les écrans, aie déjà évoqué des thématiques proches, qui plus est dans un contexte de grande fiesta un peu similaire et déjà avec Jean Pierre Bacri. Mais alors qu’on nageait dans la pure comédie, « Place Publique » est un film caustique et noir qui pêche en outre par un sentiment de déjà vu.

Ma note : 14/20