Show More

Acteurs 

Francesco Di Napoli

Ar Tem

Viviana Aprea

Alfreddo Turitto

Valentina Vannino

Pasquale Marotta

Luca Nacarlo

Synopsis

 

Interdit aux moins de 12 ans

Nicola et ses amis ont entre dix et quinze ans. Ils se déplacent à scooter, ils sont armés et fascinés par la criminalité. Ils ne craignent ni la prison ni la mort, seulement de mener une vie ordinaire comme leurs parents. Leurs modèles : les parrains de la Camorra. Leurs valeurs : l’argent et le pouvoir. Leurs règles : fréquenter les bonnes personnes, trafiquer dans les bons endroits, et occuper la place laissée vacante par les anciens mafieux pour conquérir les quartiers de Naples, quel qu’en soit le prix.

Mon commentaire

Depuis « Gomorra » de Roberto Saviano et son adaptation à l’écran (grand, puis petit), on pensait connaître tout de la mafia napolitaine. Mais c’était mal connaître Claudio Giovannesi, le réalisateur qui avait d’ores et déjà réalisé deux épisodes de Gomorra pour la télévision, et qui a choisi d’adapter cette fois « La paranza dei Bambini », le nouveau livre de Roberto Saviano.

L’histoire cette fois est celle des jeunes adolescents de 10 à 15 ans qui vivent dans les quartiers de Naples et qui n’ont de cesse de vouloir asseoir leur pouvoir sur les autres clans, à l’instar des parrains de la Camorra. Circulant dans les venelles de la ville à scooter et déjà armés, ils font la loi, sans état d’âme, ne craignant ni le danger, ni la police, ni la prison, ni la mort, avec une désinvolture incroyable. Ils sont bien entendu inspirés par leurs aînés qui règnent dans la pègre, mais sans préjudice de faire table rase du passé, pour prendre les places laissées vacantes. Leurs seules valeurs : l’argent et le pouvoir.

C’est autour du jeune Nicola (Francesco Di Napoli, saisissant de sang-froid et d’audace) et de sa bande qu’on découvre comment sont organisées les bandes des quartiers, en charge de racketter les commerçants pour soi-disant en assurer la protection. Il est le fils d’une teinturière qui travaille dur et a du mal à faire vivre sa famille, en l’occurrence ses fils, car on ignore où est passé le père. Nicola joue le rôle de chef de famille chez lui et de chef de clan à l’extérieur…Mais tout le monde le connait et le respecte. Bientôt il devient le chef de file d’une équipe qui fait main basse sur un quartier plus vaste, dans lequel vit Letizia (Viviana Aprea), la jolie fille d’un restaurateur…

L’intérêt essentiel de ce film est d’être plongé dans le quotidien des Napolitains et dans celui des jeunes de ces bandes, qui manipulent les armes comme les joysticks des jeux vidéo. Il est à la fois incroyable et terriblement inquiétant de voir la vitesse à laquelle ils en font l’apprentissage…Parallèlement, on constate ici que le racket n’émeut plus personne, les adultes s’y prêtant sans discuter ! Même la mère de Nicola ne fait preuve d’aucun étonnement quand son fils sort de sa poche des liasses de billets…Quant à la police, on a la cruelle impression qu’en dehors de gros coups de filets aux impacts médiatiques voulus, elle demeure aux abonnés absents ! On regrettera tout de même une certaine confusion dans la constitution des bandes de jeunes, dont on finit par perdre la logique d’existence, d’autant que l’histoire n’est réellement centrée que sur le jeune Nicola, mais il manque également à ce film une fin pour atteindre le niveau précédemment atteint avec « Gomorra ».

"Piranhas" a reçu le Prix du Jury au  Festival Policier de Beaune 2019 et a obtenu 'l'ours d'argent' au dernier Festival de Berlin 2019

.

Ma note : 14/20