Acteurs

Tom Hanks

Meryl Streep

Sarah Paulson

Bob Odenkirk

Bruce Greenwood

Synopsis

Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s'associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d'État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d'années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis….

Mon commentaire

A la mort de son époux, Katharine – Kay Graham (Meryl Streep) reprend la direction du journal le Washington Post, petit journal de province qui a du mal à se faire une place dans une presse pléthorique, d’autant plus que le New York Times est omniprésent. Sans expérience, Kay rencontre de plus des difficultés en tant que femme dans ce milieu machiste pour être respectée et reconnue par le Conseil d’administration du journal, alors que la société doit être introduite en bourse.

En 1971, Neil Sheehan, le reporter vedette du NY Times met la main sur un document classé top Défense commandé par le Secrétaire de la Défense Robert McNamara, commentant la position des différents dirigeants américains sur la politique américaine dans le sud est asiatique depuis la dernière guerre mondiale. Le document est l’œuvre de Daniel Ellsberg, qui a été envoyé in situ en plein conflit vietnamien en tant qu’observateur. Il est en quelque sorte le premier lanceur d’alerte avec ce rapport de 7000 pages qui pourrait lui coûter au moins une quinzaine d’années d’emprisonnement pour trahison : il raconte comment 4 présidents successifs à la Maison Blanche (Truman, Eisenhower, Kennedy et Johnson) ont volontairement truqué la réalité des faits sur les opérations militaires, l’armée et la CIA œuvrant de concert pour aggraver le conflit.

Le nouveau président Nixon est furieux et interdit immédiatement au New York Times la publication de nouveaux articles sur le sujet... C’est l’opportunité pour Kay Graham de prouver qu’elle gère plus qu’un banal journal de seconde zone, d’autant qu’elle est assistée par un routard de l’info, le rédacteur en chef Ben Bradley (Tom Hanks) qui parvient à récupérer une copie du rapport McNamara. À noter que le sénateur est aussi un ami de longue date de la famille Graham...

Malgré de fortes pressions externes et le chantage exercé par les investisseurs potentiels, Kay Graham va devoir décider si oui ou non elle doit prendre le risque de la publication...

Malgré un début de film choc brillamment filmé nous transportant en plein cœur d’une zone de combat au Vietnam, l’histoire semble au départ un peu complexe mais nécessaire pour planter le décor. Ensuite, on passe un peu trop de temps à montrer que le « Post » peine à trouver des sujets capables de concurrencer l’audience du NY Times.

Le film démarre réellement au moment où est remis au siège du journal la copie non numérotée des 7000 pages du rapport et à partir de ce moment, on est littéralement aspiré dans la dynamique du projet de publication, sans savoir s’il aboutira ou pas. On assiste alors à des scènes palpitantes de suspense entre les pro publications et les opposants sachant qu’à la clé Kay Graham et Ben Bradley pourraient se retrouver derrière les barreaux pour trahison pour longtemps!

Le jeu de Meryl Streep, partagé entre ingénuité feinte, hésitation, clairvoyance et intelligence est absolument parfait - d’où une nouvelle nomination pour les Oscars 2018. Mais de son côté, Tom Hanks dans le rôle du rédacteur en chef pugnace et d’une efficacité à toute épreuve est également à son meilleur niveau.

Même si l’on sait que la justice donnera raison à la presse en se faisant pourfendeur de la classe des dirigeants (dont Nixon, dont on dit pis que pendre dans le film) et abondant dans la défense de l’information du peuple américain, le premier Spielberg de l’année relève d’un grand cru: on trouve dans cette histoire ô combien contemporaine sur le droit à la communication des lanceurs d’alerte à la fois du suspense, une mise en scène de grande qualité (avec notamment de superbes images des techniques d’impression et des rotatives) et une interprétation magistrale, même des seconds rôles.

A ne pas manquer, tant le sujet n’a pas pris une seule ride.

Ma note : 16/20