Acteurs :

Viveik Kalra

Kulvinder Ghir

Meera Ganatra

Hayley Atwell

Aaron Paghura

Nell Williams

David Hayman

Dean-Charles Chapman

Synopsis

1987, Angleterre. 
Javed, adolescent d’origine pakistanaise, grandit à Luton, une petite ville qui n’échappe pas à un difficile climat social. Il se réfugie dans l’écriture pour échapper au racisme et au destin que son père, très conservateur, imagine pour lui.  Mais sa vie va être bouleversée le jour où l’un de ses camarades lui fait découvrir l’univers de Bruce Springsteen. Il est frappé par les paroles des chansons qui décrivent exactement ce qu’il ressent. Javed va alors apprendre à comprendre sa famille et trouver sa propre voie...

Mon commentaire

Décidément, les films britanniques centrés sur les discographies de groupes de rock ont la cote ces derniers mois. Après les Beatles récemment, « Music of my life » de la réalisatrice Gurinder Chadha (réalisatrice entre autres de « Joue-la comme Beckham » en 2002) centre l’histoire de son héros Javed (Viveik Kalra) autour de Bruce Springsteen. Il est vrai qu’en 1987, l’ambiance n’est guère réjouissante à Luton, petite ville de Grande Bretagne qui pâtit comme le reste du pays de la crise économique. Javed est un jeune lycéen d’origine indo-pakistanaise qui aime écrire depuis une dizaine d’années et qui voudrait bien pouvoir s’intégrer davantage dans cette société britannique qui a accueilli ses parents il n’y a pas si longtemps. Mais il étouffe dans ce carcan traditionnel et souffre de l’autorité de son père Malik (Kulvinder Ghir) qui refuse d’accepter sa passion pour l’écriture…Un jour cependant, Roops (Aaron Paghura), un copain de lycée, lui fait découvrir Bruce Springsteen et ses chansons engagées dont les paroles ne tardent pas à parler à Javed, traduisant parfaitement son ressenti. Javed va devoir assumer ses choix vis-à-vis de ses parents pour décider de son avenir.

Pour être clair, la situation décrite ici du jeune Javed, déchiré entre sa volonté d’émancipation, le respect des traditions et son désir d’intégration dans l’univers britannique n’a rien de bien originale ! On nous rappelle que le racisme est tristement omniprésent, la misère économique étant selon les partis extrémistes également liée à la présence de ces "Pakis"... Si on ne s’ennuie pas vraiment en découvrant les affres du quotidien de Jared qui grâce à la musique de Springsteen parvient à perdre sa timidité et à assumer ses goûts, la réalisatrice joue malheureusement à fond sur les clichés et manque nettement d’inspiration. Le film souffre en plus d’une mise en scène extrêmement simpliste qui n’arrange rien…Alors on se console avec les extraits de quelques tubes de la fin des années 80, et bien entendu avec une cascade de chansons interprétées par le « Boss » du New Jersey, dont les paroles reprises en chœur par Jared ne cessent de lui traverser l’esprit : ce film, c’est en fait une véritable ode à la discographie de Bruce.

Au total, ce film, inspiré de « Greetings from Bury Park », un récit autobiographique du journaliste pakistanais Sarfraz Manzoor qui raconte sa jeunesse dans les années 80 se révèle plutôt gentillet et sans réelle suspense même si les acteurs sont attachants. Nul doute qu’il ravira probablement les fans du chanteur. A noter que « Blinded by the light », le titre original du film qui a été changé pour la distribution en France était également le nom du premier album de Springsteen !

Ma note : 11/20