Au Musée des arts asiatiques - Guimet jusqu'au 14 janvier 2019

Thématique :

A l’occasion de la commémoration du 150e anniversaire de la Restauration de Meiji, cette exposition mettra en lumière les nombreux bouleversements liés à l’ère Meiji (1868-1912), qui fut une révolution sans précédent pour le Japon comme pour le Monde.

 

Cette exposition abordera différents aspects de la modernisation du Japon et de l’internationalisation de la production artistique à travers les différentes techniques artistiques. Elle rassemblera, entre autres, des exemples d’orfèvrerie, des cloisonnés, des photographies, des textiles, des peintures, des bronzes, des céramiques afin d’illustrer les mutations opérées dans la société tout entière et dans l’art en particulier. Elle fera découvrir de grands noms de l’art tel Kawanabe Kyosai ou Shibata Zeshin. Les liens entre artistes et créateurs au Japon et en Europe seront également évoqués par des rapprochements entre œuvres japonaises et occidentales contemporaines. Cet événement permettra de montrer la richesse des collections européennes publiques (MNAAG, Victoria & Albert Museum, British Museum) ou privées, de découvrir un chapitre de l’histoire des arts trop méconnu et de montrer en quoi le Japon inventa lui aussi un « japonisme ».

Mon commentaire

Avant l’ère Meiji, la société japonaise était considérée comme une organisation à la fois complexe et évoluée. Mais par son isolement et les traditions ancestrales conservées, celle-ci s’apparentait davantage en fait aux systèmes médiévaux qui ont longtemps prévalu en Europe au Moyen Age.

Les nombreuses guerres privées entre Seigneurs prirent fin aux XVIème et XVIIème siècles et furent suivies par l’arrivée d’une ère d’une grande stabilité politique et sociale, relativement prospère et épanouie, mais par ailleurs toujours strictement fermée aux influences étrangères, considérées comme subversives pour les populations locales. C’est ainsi que les quelques missionnaires catholiques parvenus à s’installer dans l’archipel à cette période furent persécutés ou assassinés.

L’arrivée au pouvoir de l’empereur Meiji (1852-1912), connu de son vivant en Occident par son nom personnel Mutsuhito, va totalement changer la donne et le destin de l’archipel. C’est lui qui a transformé le Japon de pays féodal en puissance mondiale, en ouvrant son pays à la modernisation et à l’occidentalisation.

Avec cette exposition qui lui est dédiée, le Musée Guimet retrace les évènements historiques qui ont jalonné toute cette période-clé à partir de 1858 , puis bien sûr les années qui ont suivi l’avènement de l’empereur Meiji après son accession au trône en 1868. Les Occidentaux - et les Français notamment- ont été à l’origine de l’implantation de nouvelles constructions hôtelières, de l’installation de l’électricité dans les grandes cités et ont également construit des lignes de tramway pour faciliter la circulation dans la ville de Tokyo et la desserte de Yokohama.

L’exposition présente ainsi de nombreux objets assez éclectiques : on y découvre de somptueux kimonos brodés, des bronzes, des paravents en bois et métal, des paravents somptueux aux motifs finement brodés, des laques; des céramiques - d’ailleurs pas forcément très fines, au contraire de tout ce qui avait existé auparavant- , des estampes, des portraits, des objets usuels en bois décorés de peinture et de laque, des bijoux, des soies…

Force est de constater que le Japon s’est ouvert au monde extérieur et en échange, il a également transmis à l’occident son art et ses lignes ‘japonisantes’ à l’occasion des multiples évènements qui ont eu lieu en Asie et en Europe, notamment lors d’ Expositions Universelles ou de Foires Internationales.

Réalisant un bond en avant prodigieux dans la modernité, le Japon s’est ainsi installé depuis lors à l’un des tous premiers rangs parmi les plus grandes puissances mondiales. L’incontestable suprématie japonaise acquise a permis plus tard l’annexion de la péninsule coréenne, de l’île de Taiwan. Puis le pays a engagé petit à petit un bras de fer avec son gigantesque voisin chinois affaibli par les dissensions entre les petits chefs de guerre provinciaux pour l’occuper pendant plusieurs années.

Exposition à découvrir non pas forcément pour la beauté de toutes les pièces exposées mais pour l’intérêt de comprendre l’impact de la profonde mutation provoquée par l’ère Meiji sur la troisième puissance mondiale.

Ma note : 15/20
IMG_3845.jpg
IMG_3872.jpg

Collection de laques (photo perso)

Empereur Meiji, photo perso 

IMG_3871.jpg
IMG_3849.jpg

détail paravent brodé main (photo perso)

IMG_3864.jpg

Plateau à décor de Tobatsu Bishamon - grès polychrome et or (photo perso)

Miyao company- paire de samourais vers 1890( photo perso)