Show More

Acteurs 

Lily James

Amanda Seyfried

Meryl Streep

Cher

Pierce Brosnan

Colin Firth

.

Synopsis

Sur l’île paradisiaque de Kalokairi, Sophie, qui rencontre divers soucis dans l’ouverture de son hôtel, va trouver du réconfort auprès des amies de sa mère Donna qui vont lui conseiller de prendre exemple sur le parcours de cette dernière.

Mon commentaire

Les années ont passé et Donna (Meryl Streep) la mère de Sophie (Amanda Seyfried) est décédée depuis un an déjà. Son sympathique hôtel perché sur l’île paradisiaque grecque de Kalokairi est en déshérence... L’heure est venue pour Sophie de faire un choix : remettre tout en ordre en hommage à sa mère et organiser une grande fiesta pour la réouverture de l’hôtel, ou bien poursuivre son idylle au loin avec Sky (Dominic Cooper) qui vit aux États Unis et doit attaquer une brillante carrière professionnelle... La décision est prise : le meilleur hommage qu’elle puisse rendre à sa mère, c’est de s’inspirer de son parcours ainsi que lui suggèrent Rosie (Julie Walters) et Tanya (Christine Baranski), les amies de Donna depuis toujours.
Mamma Mia 2 ne brille certes pas par son scénario cousu de fil blanc et ses invraisemblances : on a l’impression que ce film a été créé pour y insérer un maximum de morceaux du groupe ABBA, quitte à ce que le film soit un peu bancal... Et puis, après le précédent opus paru en 2008, on se demandait forcément ce qu’on pouvait y ajouter ? C’est néanmoins le pari relevé et plutôt réussi du metteur en scène Ol Parker, pourtant pas très habitué à la réalisation de comédies musicales.
On assiste ainsi essentiellement à une alternance de scènes entre la vie de Donna jeune (Lily James, charmante il est vrai et plutôt convaincante) et celle de Sophie, en plein doute existentiel, un bon quart de siècle plus tard. On a donc même un peu de mal à rentrer dans cette histoire légère comme une bulle de savon, mais petit à petit les tubes du groupe ABBA viennent donner du tonus et du rythme à ce second opus qu’on a compris être avant tout très commandé et à objectif très commercial. Outre quelques titres phares (Waterloo, One of us, the Name of the Game, Fernando, Knowing Me, Knowing You ) on redécouvre un bon nombre de titres nettement moins connus qui ont fait le bonheur de faces B des 45 tours de la grande époque du groupe. On lit d’ailleurs au générique que toutes les adaptations musicales sont signées du tandem originel Bjorn Ulvaeus et Benny Andersson, qu’on aperçoit d’ailleurs brièvement en guest stars lors de certaines chorégraphies...
Et forcément, le charme opère : les pieds commencent à battre la mesure puis les spectateurs se mettent à susurrer les paroles !

La distribution est belle : outre la découverte de Lily James qui porte le film (on n’apercevra Meryl Streep qu’un court moment), on a plaisir à retrouver entre autres comédiens les trois pères de Sophie (Pierce Brosnan, Colin Firth et Stallan Skarsgard) un peu plus bedonnants qu’il y a10 ans, ainsi qu’à découvrir les jeunes mâles qui les incarnent tels qu’ils étaient lors de leur idylle avec la jolie et délurée Donna.
Et puis arrive dans cet univers chantant Andy Garcia, en bel hidalgo ténébreux dans le rôle du Señor Cienfuegos directeur espagnol (pourquoi ?) de cet hôtel Le voir chanter « Fernando » en duo avec Ruby (Cher) , la grand-mère fantasque de Sophie, c’est vrai que cela vaut le détour!
Bref, on sourit, on verse une petite larme, on fredonne. Malgré une histoire bancale et un peu mièvre, « Mamma Mia Here We Go Again » est plaisant. A recommander essentiellement aux inconditionnels de tubes du groupe ABBA, dont je fais partie! Pour patienter en attendant la sortie de leur tout nouvel album signant leur retour annoncé en 2019.

Ma note : 14/20