Show More

Vu en streaming sur Netflix  (2021)

Acteurs 

Karole Rocher

Garance Marillier

Roschdy Zem

Pierre Deladonchamps

Lia O’Prey

Paul hamy

Mylène Jampanoi

Benjamin Biolay

Hafsia Herzy

Synopsis

Fin des années 1960, Madame Claude règne sur Paris et au-delà grâce à son commerce florissant. En réinventant les codes de la prostitution, en empruntant ceux de la bourgeoisie et en s’inventant un passé respectable, elle est devenue une femme d’affaires redoutée et estimée du monde politique au grand banditisme. Femme de pouvoir dans un milieu et une époque d’hommes, à la veille des grands mouvements de libération de la femme, elle sera aussi le témoin de la fin d’une époque. Sa rencontre avec Sidonie, son opposée mais aussi son alter ego, sera imperceptiblement le fil conducteur de l’érosion de son empire. Sidonie est la fille qu’elle s’est choisie, qui deviendra presque son bras droit. Pour la première fois de sa vie, elle tient à quelqu’un. Elle qui tient le tout Paris dans ses carnets, qui s’est construite sur la haine et la honte, aimer quelqu’un, ça, elle ne sait pas le gérer. Sans le vouloir, et sans doute aussi car elle représente la liberté et l’indépendance, Sidonie précipitera sa chute...

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Mon commentaire

Qu’on ne s’y trompe pas, le film ’Madame Claude’ de 2021, dont la réalisatrice et scénariste est Sylvie Verheyde, n’a pas grand-chose à voir avec le film homonyme, sorti sur les écrans en 1977, signé par Just Jaeckin, le réalisateur notamment d’‘Emmanuelle’, d’Histoire d’O’, classé indubitablement parmi les réalisateurs des longs métrages érotiques plus ou moins soft en vogue dans les années 70…

Le portrait que Sylvie Verheyde dresse de Madame Claude, alias Fernande Grudet (Karole Rocher), la célèbre mère maquerelle de la Vème République, est beaucoup plus cru, donc forcément plus glauque et plus violent. Il faut dire que ce film a nécessité un très gros travail de recherche à la réalisatrice afin de coller à toute l’époque des trente glorieuses durant laquelle elle a régné sur Paris via son commerce très lucratif de prostituées haut de gamme. En effet, son réseau a infiltré en particulier les hautes sphères de la société et notamment d’une part le milieu politique, le monde du show biz mais aussi le grand banditisme …

Madame Claude, en refusant de subir la domination du patriarcat, représente à elle seule un pouvoir incontournable et fait partie intégrante de la société parisienne. Dans cette vie qu’elle s’est construite à force de pugnacité et de dureté en faisant table rase de son passé sans relief, il n’y a pas de place pour la tendresse ni pour l’amour… Néanmoins, le ‘recrutement’ de Sidonie (Garance Marillier), jeune femme qui lui ressemble moralement et qui deviendra presque son bras droit va petit à petit modifier la donne et même conduira à sa déchéance.

‘Madame Claude’ version 2021 est donc clairement un biopic plutôt âpre : certes, les prostituées sont séduisantes, mais elles sont embauchées pour travailler, et donc rapporter un maximum d’argent. Quel que soit le traitement qu’elle doivent subir, Madame Claude dans le meilleur des cas les soigne, mais il n’y a pas lieu de s’appesantir. D’ailleurs, l’interprétation de Karole Rocher dans ce rôle phare est certes intéressante, mais pour ma part il est vrai qu’elle ne suscite ni empathie, ni envie…Son véritable pouvoir ne réside pas dans la séduction me direz-vous, mais j’ai trouvé que cette femme, au physique quelconque et manque singulièrement de panache, au contraire du personnage de Sidonie, brillamment interprété par Garance Marillier.

Néanmoins, on peut reconnaître au film de Sylvie Verheyde une belle réussite, celle d’avoir reconstitué fidèlement l’atmosphère de ces années-là, période de pleine révolution sociale où l’égalité homme femme commence à se matérialiser, et où le sexe se libéralise et ne se cache plus. La bande originale est forcément sympathique et nous permet de nous remémorer quelques beaux succès de l’époque. En revanche, le film pêche un peu par le fait qu’en voulant aborder rapidement les scandales sulfureux de l’époque, on reste à mon goût un peu trop dans le flou et c’est forcément dommage.

Au total, ce film n’est ni esthétique, ni suffisamment palpitant pour être un réel polar : c’est un ressenti mitigé en fin de projection, avec un peu de déception surtout compte tenu d’un casting aussi alléchant.

Ma note :  12/20