Show More

Résumé

Le sculpteur français Auguste Bartholdi fait une tournée spectaculaire aux États-Unis pour lever des fonds qui lui permettront d'achever la future Statue de la liberté. Mais plusieurs incidents visent la statue et même directement Bartholdi. Lucky Luke est missionné pour escorter le Français, et ce, jusqu'à Paris. C'est un choc culturel pour le cowboy qui, non content de traverser l'Atlantique pour la première fois, découvre la splendeur de la ville lumière, et le mode de vie de ses autochtones, les Parisiens.

Mon Commentaire

Pour ce nouvel épisode, Lucky Luke, après avoir neutralisé une fois de plus les dangereux frères Dalton, va avoir la lourde tâche d’assister le sculpteur français Auguste Bartholdi, créateur de la célèbre statue de la Liberté dans sa quête pour lever des fonds pour parachever son œuvre. Au-delà des états qu’ils vont sillonner ensemble, Lucky Luke va devoir protéger le « célèbre bras au flambeau » contre des personnages mal intentionnés bien décidés à stopper net la création de cet artiste d’Outre Atlantique. Une fois sa mission accomplie, Lucky Luke va même devoir traverser l’océan avec son fidèle Jolly Jumper comme double escorte de Bartholdi. Et ainsi découvrir la « Ville Lumière » et faire connaissance avec ses drôles d’habitants.

Une fois de plus, cette aventure de Lucky Luke s’articule autour d’évènements historiques avérés. Cette fois, il s’agit de toutes les péripéties liées à la fabrication et à l’installation de la désormais fameuse « Statue de la Liberté » qui orne l’entrée du port de New York. En dehors des références habituelles (les Indiens, les Dalton, le bagne « modèle » …), le scénariste Jul est resté très inspiré par l’esprit du scénariste d’origine, Morris, qui a été rejoint ultérieurement par Goscinny. On trouve ainsi une grande quantité de clins d’œil en relation soit avec des scènes de l’époque présentes dans d’autres épisodes, soit liés à des thématiques contemporaines, telles celle de la sécurité nécessaire, mais aussi bien entendu celle de la liberté si chère aux Français. On trouve même un hommage à la « Reine des neiges » de Walt Disney !

En outre, le rendu du Paris de la fin du XIXème siècle est plutôt réussi : les dessins d’Achdé semblent plutôt crédibles et l’ambiance restituée de façon sympathique, avec l’apparition au gré des pages de personnages historiques célèbres en France à cette époque.

Le pari est une fois de plus plutôt réussi, même si le coup de patte pour dessiner le personnage de Lucky Luke a bien sûr évolué depuis sa création par Morris et n’a pas forcément le même charme.

Un sympathique moment de détente au total.

Ma note : 15/20
photo  le Parisien