Acteurs 

Karra Elejalde

Eduard Fernández

Santi Prego

Luis Bermejo

Tito Valverde

Patricia López Arnaiz

Imma Cuevas

Synopsis

Espagne, été 1936. Le célèbre écrivain Miguel de Unamuno décide de soutenir publiquement la rébellion militaire avec la conviction qu'elle va rétablir l’ordre. Pendant ce temps, fort de ses succès militaires, le général Francisco Franco prend les rênes de l’insurrection. Alors que les incarcérations d’opposants se multiplient, Miguel de Unamuno se rend compte que l’ascension de Franco au pouvoir est devenue inéluctable.

Mon commentaire

Espagne, Salamanca, été 1936. La rébellion militaire visant au renversement de la République débarque en plein cœur de la ville, ré-intronisant en tant que recteur de la célèbre université de la ville le célèbre écrivain Miguel de Unamuno (Karra Elejalde). Hostile au climat de guerre existant, opposé aux républicains et plein d’espoir, il va apporter son soutien de facto au mouvement militaire, au sein duquel le Général Francisco Franco (Santi Prego), pourtant futur leader du mouvement semble bien discret et très en retrait derrière le Général incendiaire borgne Millán Astray (Eduard Fernandez) qui n’a de cesse que d’en découdre avec les Républicains…

Petit à petit, à mesure que se amis sont arrêtés sans aucune raison, simplement taxés d’être socialistes ou Franc Maçons, l’écrivain se rend compte que l’ascension de l’équipe qui est en marche forcée pour prendre la tête de l’état est inéluctable, mais il est bientôt trop tard pour reculer …

Le film dont on retiendra surtout le titre espagnol «  Mientres dura la guerra » ( ce qui veut dire ‘tant que durera la guerre’) revient sur une période relativement peu connue de la montée du franquisme en Espagne, et surtout de l’implication forcée des intellectuels de l’époque vis-à-vis du mouvement, sans pour autant qu’ils aient de prime abord connaissance des accointances entre la junte militaire et la philosophie d’épuration ethnique préconisée par les nazis allemands et les mouvements extrémistes italiens. Le film attire surtout l’attention par l’évolution de l’état d’esprit des sages et des intellectuels probablement trop idéalistes tels Miguel de Unamento qui va petit à petit réaliser que la montée au pouvoir du régime franquiste n’a rien de commun avec les messages pacifiques qu’il voudrait transmettre au peuple. Mais il va falloir attendre le dernier quart du film pour découvrir le message de refus tant espéré par les véritables partisans de la paix qui sera prononcé lors d’un conseil révolutionnaire auquel le recteur sera convié.

Malgré un sujet passionnant, le film d’Alejandro Amenábar a tendance à ronronner un peu trop dans ce film qui reste malheureusement très académique. Par ailleurs, on est un peu surpris par le choix visible du réalisateur de nous montrer un Général Franco au comportement tout en demi-teinte, voire effacé, alors qu’il semble qu’à l’époque déjà il faisait preuve d’une grande détermination sans aucun scrupule vis-à-vis de ses opposants.

Malgré l’excellente interprétation de Karra Elejalde dans le rôle de l’écrivain et la découverte d’un aspect moins connu de la montée du franquisme, le film malheureusement peine à emporter une adhésion totale.

Ma note :  12/20