Show More

Acteurs 

Vlad Ivanov

Catrinel Menghia-Marlon

Rodica Lazar

Augusti Villaronga

Antonio Buíl

Cristobal Anaga

Synopsis

Cristi, un inspecteur de police de Bucarest corrompu par des trafiquants de drogue, est soupçonné par ses supérieurs et mis sur écoute. Embarqué malgré lui par la sulfureuse Gilda sur l’île de la Gomera, il doit apprendre vite le Silbo, une langue sifflée ancestrale. Grâce à ce langage secret, il pourra libérer en Roumanie un mafieux de prison et récupérer les millions cachés. Mais l’amour va s’en mêler et rien ne se passera comme prévu…

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Mon commentaire

Amateurs de cinéma roumain, ce film du réalisateur Corneliu Poromboiu va probablement vous surprendre. Il est vrai que le metteur en scène est plus imprévisible que ses compatriotes (Radu Muntean, Cristi Puiu ou Cristian Mungiu) mais surtout adopte souvent un ton sûrement plus décalé : « les siffleurs » est en effet un polar noir inspiré ouvertement par les grands noms du cinéma, de Hitchcock à Ford, et les clins d’œil à ces maîtres sont ici légion.

Il s’agit donc de l’histoire de Cristi (Vlad Ivanov), un inspecteur de police de Bucarest, soupçonné par ses responsables d’être corrompu et à la solde d’une bande de trafiquants de drogue qu’il feint de poursuivre. Pour pouvoir communiquer en toute tranquillité à l’insu de la police, il apprend le Silbo, un langage sifflé ancestral, l’idée étant de faire libérer un mafieux et récupérer un joli magot. Son enquête officielle va l’amener aux canaries, sur l’île de Gomera, où il va faire la connaissance de la plantureuse Gilda (Catrinel Marlon)…

Si on voit que Poromboiu s’est ouvertement amusé à réaliser un genre de « Pulp fiction » en racontant cette histoire de truands à tous les niveaux, son montage totalement déstructuré ne respectant pas la chronologie et séquençant son récit autour de chacun des protagonistes est totalement déroutant, rendant l’histoire assez peu compréhensible.

Au total, le film est lent, décousu et il devient rapidement fastidieux pour le spectateur de tenter de recoller les petits morceaux d’intrigue. Au total, les scènes d’échange en langue sifflée n’ont pas tant d’importance que cela et ce n’est pas plus mal non plus ! On se console alors avec la découverte de la superbe actrice Catrinel Menghia-Marlon dans le rôle de la femme fatale et dont la plastique avantageuse est mise en avant, mais c’est bien peu pour en faire un film inoubliable.

Ma note :  08/20