Acteurs 

Saoirce Ronan

Florence Pugh

Timothée Chalamet

Louis Garrel

Meryl Streep

Emma Watson

Eliza Scanlen

Synopsis

Une nouvelle adaptation des "Quatre filles du Docteur March" qui s’inspire à la fois du grand classique de la littérature et des écrits de Louisa May Alcott. Relecture personnelle du livre, Les filles du Docteur March est un film à la fois atemporel et actuel où Jo March, alter ego fictif de l’auteur, repense à sa vie.

Mon commentaire

Après le très réussi « Lady Bird » en 2018, la réalisatrice et comédienne Greta Gerwig retrouve pour son second film son actrice fétiche Saoirce Ronan pour incarner Jo March, l’ainée de la fratrie féminine du Docteur March. Elle choisit d’adapter à l’écran une nouvelle fois le célèbre classique de Louisa May Alcott (paru en 1868 !), narrant l’histoire de quatre filles de la classe moyenne durant la Guerre de Sécession.

Pour ceux qui l’ignorent, l’écrivaine s’identifiait dans son livre à son héroïne Josephine (Saoirce Ronan), jeune femme au caractère bien trempé, à l’imagination galopante et à la plume agile, qui en l’absence de son père parti faire la guerre, a de plus épaulé sa mère pour l’éducation de ses sœurs cadettes : la généreuse Meg (Emma Watson), la talentueuse peintre mais ombrageuse Amy (Florence Pugh) et la douce Beth (Eliza Scanlen) connue pour ses talents musicaux.

Le film baigne le spectateur dans une atmosphère agréable, Greta Gerwig ayant certainement dépoussiéré avec talent ce roman qu’on avait conservé en mémoire comme une jolie bluette. La photo – même si elle n’est pas aussi belle que dans « lady Bird » - est particulièrement soignée et s’avère un ravissement pour l’œil, même si le choix- quelque peu déroutant au début- de passer du présent au passé et inversement par le biais de multiples flashbacks est un peu déroutant. Mais cela finit par entraîner de façon originale une impression de superposition de situations et d’histoires qui se répéteraient à quelques années de distance. Un soin est porté également à la qualité psychologique des personnages principaux notamment féminins, souvent cantonnés comme cela en était l’usage dans des fonctions bien trop subalternes. Greta Gerwig rend hommage à ces femmes de tempérament, à la fois indépendantes mais solidaires jusqu’au bout.

Il ne faut surtout pas bouder ce joli film familial doté d’une très belle distribution et qui doit beaucoup à l’interprétation de Saoirce Ronan, impressionnante d’énergie, de talent et de tempérament, mais aussi à la présence de Timothée Chalamet (Laurie), dont le talent et le naturel sont de plus en plus évidents. Tout cela sur fond musical discrètement présent signé Alexandre Desplat… Pas mal pour un début d’année !

Ma note :  15/20