Show More

Acteurs 

Camille Cottin

Éric Caravaca

Jean Pierre Darroussin

Céleste Brunnquell

Laurence Roy

Daniel Martin

Synopsis

Camille, 12 ans, passionnée de cirque, est l’aînée d’une famille nombreuse. Un jour, ses parents intègrent une communauté religieuse basée sur le partage et la solidarité dans laquelle ils s’investissent pleinement. La jeune fille doit accepter un mode de vie qui remet en question ses envies et ses propres tourments. Peu à peu, l’embrigadement devient sectaire. Camille va devoir se battre pour affirmer sa liberté et sauver ses frères et sœurs.

Mon commentaire

Il s’agit du premier long métrage de la jeune actrice Sarah Suco qui réalise ce film pour le moins bouleversant sur le sujet des organisations religieuses sectaires. Même si cette histoire est fortement inspirée par sa propre histoire – glaçante au possible- Sarah Suco aurait très bien pu se ‘prendre les pieds dans le tapis’ tant le sujet est risqué, notamment en réalisant simplement une plaidoirie contre ces associations dites charismatiques… Pourtant, il n’en est rien. Elle a choisi de re-transposer l’histoire de nos jours, car il est bien évident que quelques années plus tard par rapport à son vécu, ces faits restent communs aujourd’hui. Ainsi on suit avec une certaine appréhension mais avec intérêt croissant la façon dont cette famille Lourmel a atterri entre les griffes de cette communauté religieuse, baptisée « la communauté de la Colombe », dont le but avoué est d’aider socialement les familles et individus en difficulté par plus de partage, de solidarité et de …prières. C’est d’autant plus étrange que cette famille, dont Christine (Camille Cottin décidément la révélation de l’année, dont la palette d’actrice est vraiment vaste), mère de 4 enfants et son époux Frédéric (Eric Caravaca) professeur de lycée qui doit passer son agrégation n’a visiblement rien d’une famille déséquilibrée ou excessivement naïve prête à tomber sans raison sous la séduction d’un organisme charismatique. Or l’association religieuse montre rapidement des relents sectaires qui se repèrent pourtant de loin, ne serait-ce par l’étrange côté paternaliste et protecteur du Berger (Jean Pierre Darroussin, parfait dans ce rôle) et de son entourage dévoué à la cause du Saint Esprit, seul capable de combattre toute forme de tentation ou toute velléité d’émancipation.

Alors, qui sont ces « Éblouis » ? Ce sont bien entendu les communautaires laïques qui sont devenus adeptes de l’organisation et qui ont remis à la secte les clés de leur destin, ainsi que celles de leurs comptes en banque, mais également Camille et ses parents, Camille par amour de ceux-ci hésitera longtemps avant de se rebeller contre ce système d’embrigadement, ainsi que ses frères et sœur dont elle se sent en premier lieu responsable en tant qu’aînée de la fratrie. Elle finira par constater combien cette mère sur laquelle elle compte se révèle bien plus fragile qu’attendu, ne pouvant compter sur son soutien maternel dans la pire des situations.

Camille va d’ailleurs vite constater que l’appartenance à la Secte signifie l’élimination d’une grande partie de ses libertés, les adeptes vivant au nom du partage dans un univers de recueillement, de dénuement et d’aliénation.

Le film touche aussi beaucoup grâce à la prestation sans faute de la jeune comédienne Céleste Brunnquell incarnant Camille, qui crève littéralement l’écran, surtout dans la scène où elle procède à d’effroyables révélations.

Malgré quelques invraisemblances, ce film littéralement glaçant restera dans nos esprits tant il suscite de l’effroi notamment vis-à-vis des jeunes enfants…

Ma note :  16/20