Vu sur Netflix (2019)

Acteurs 

Anthony Hopkins

Jonathan Pryce

Juan Minujin

Synopsis

​

Dans cette histoire inspirée de faits réels, le pape Benoît XVI tisse une amitié improbable avec le futur pape François à un moment clé pour l'Église catholique. Derrière les murs du Vatican, les deux hommes affrontent leurs valeurs afin de trouver un terrain d'entente pour plus d'un milliard d'adeptes dans le monde.

Mon commentaire

Après le décès du Pape Jean Paul II, au sein du conclave pour la détermination de son successeur à la tête du Vatican s’opposent deux écoles, celle des Conservateurs, menée par l’austère Cardinal bavarois, Joseph Ratzinger (Anthony Hopkins), et de l’autre celle des Réformateurs, sous la direction du Cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio (Jonathan Pryce). A l’issue du troisième vote le 19 avril 2005, c’est finalement Mgr Ratzinger qui est élu et qui devient souverain pontife sous le nom de Benoit XVI…

Autant dire qu’en termes d’avancée de réformes, il n’y a pas grand-chose à attendre, alors que dans le même temps le nombre de fidèles s’étiole, le message papal ne semblant plus correspondre à l’histoire du vingt et unième siècle… De son côté, le Cardinal Bergoglio, arrivé second lors du scrutin de 2005, rentré en Argentine, aspire à désormais, en 2012, à redevenir simple prêtre en vivant à proximité du peuple. Il prend l’initiative d’un voyage à Rome pour demander audience à Benoit XVI et obtenir de sa part la signature lui permettant de renoncer à ses fonctions cardinales. Mais son entretien avec le Pape ne se déroule finalement pas du tout comme prévu…

Avec un scénario comme celui-ci, on aurait pu craindre que ‘les deux Papes’ soit un film un peu indigeste dans le propos…Or, il n’en est rien, ce film pourtant inspiré de véritables évènements historiques prenant un tour tout à fait inattendu dès le début, alors qu’on découvre la personnalité assez décalée et très moderne de Mgr Bergoglio, qu’on connaîtra sous le nom du futur Pape François.

La première partie du film - somme toute assez conventionnelle- repose d’ailleurs sur le récit des moments durant lesquels les deux Papes vont se jauger, voire se confronter, tant leurs points de vue et leurs idées divergent sur pratiquement tous les sujets. On se régale d’ailleurs des dialogues pleins de finesse qui servent les propos opposant un conformisme le plus strict pour l’un et l’esprit réformiste de l’autre…

Mais la seconde partie s’avère encore plus intéressante, notamment lors qu’on découvre en flashback la reconstitution de la dictature militaire argentine des années 70, ainsi que ses répercussions sociétales, et qu’est posée la question de ce que représente vraiment le leadership, ainsi que celle relative à la conception des responsabilités en tant de crise.

Avec ‘les deux Papes’, le réalisateur brésilien Fernando Meirelles parvient à aller au-delà de ce qui oppose ces deux personnages, car même s’il est évident que Benoit XVI est éminemment rétrograde et par opposition qu’il serait simpliste d’encenser le futur Pape François, il parvient en fait à nous faire découvrir progressivement une certaine compréhension et un respect mutuels. On peut bien entendu penser que le film n’est pas totalement objectif, mais on se prend d’intérêt pour ce duel peu commun qui est en plus magistralement interprété.

Ma note :  15/20