Show More

Acteurs

Jude Law

Eddie Redmayne

Johnny Depp

Ezra Miller

Zoe Kravitz

Synopsis

1927. Quelques mois après sa capture, le célèbre sorcier Gellert Grindelwald s'évade comme il l'avait promis et de façon spectaculaire. Réunissant de plus en plus de partisans, il est à l'origine d'attaque d'humains normaux par des sorciers et seul celui qu'il considérait autrefois comme un ami, Albus Dumbledore, semble capable de l'arrêter. Mais Dumbledore va devoir faire appel au seul sorcier ayant déjoué les plans de Grindelwald auparavant : son ancien élève Norbert Dragonneau. L'aventure qui les attend réunit Norbert avec Tina, Queenie et Jacob, mais cette mission va également tester la loyauté de chacun face aux nouveaux dangers qui se dressent sur leur chemin, dans un monde magique plus dangereux et divisé que jamais.

Mon commentaire

Ce deuxième opus des « Animaux Fantastiques » nous replonge dans l’univers fantastique crée par la romancière J K Rowling, à l’origine de la saga des Harry Potter. Pour ceux qui l’ignoreraient encore, les « Animaux Fantastiques » constituent en réalité le second spin-off de la saga, plus de trois quarts de siècle avant Harry : on retrouve l’univers de Poudlard, la célèbre école britannique des sorciers, avec notamment certains personnages tels Altus Dumbledore (ici, jeune, interprété par Jude Law), son ex élève Norbert Dragonneau (Eddie Redmayne), ainsi que son frère Theseus (Callum Turner) qui occupe un rôle de plus en plus important au sein de l’école.

Dans cet épisode, Dumbledore va demander à Norbert Dragonneau son aide pour arrêter dans son élan destructeur le célèbre sorcier du mal Gellert Grindelwald (Johnny Depp, excellent) qui vient de s’échapper de prison et dont la doctrine visant à éliminer les humains normaux conquiert de plus en plus de partisans parmi les sorciers. Dumbledore semble avoir bien connu Grindelwald, mais pour de sombres raisons qu’il n’est pas en mesure d’expliquer, pour l’arrêter dans sa quête destructrice, il va charger son studieux élève de le faire à sa place.

Norbert va s’entourer de ses habituels amis Tina (Katherine Waterston), Queenie (Alison Studol) et Jacob (Dan Fogler) pour retrouver Grindelwald et l’empêcher de nuire. Il sera également assisté par des animaux magiques qui l’accompagnent toujours dans sa désormais célèbre valise.
Inutile de préciser que le film réserve de magnifiques effets spéciaux, reflétant les pouvoirs incroyables de sorciers des différents protagonistes, tous munis de leur baguette magique. L’histoire va nous emmener des États Unis à Londres mais aussi dans le Paris des années 20 avec une belle restitution de l’époque. Et puis, on découvre bientôt comment le fin limier Norbert Dragonneau et son équipe vont retrouver les traces de Grindelwald. L’imagination de la romancière et la mise en scène grandiose de David Yates convergent pour nous fournir un véritable spectacle, dans lequel s’inscrivent de superbes effets spéciaux et les Animaux Fantastiques mis au service de cette histoire et sans lesquels le charme n’opèrerait pas forcément…. À commencer par ce mignon Niffleur ressemblant à un petit ornithorynque aux talents incroyables, ou bien le Zouwu, cet énorme animal à crinière directement inspiré par les traditions chinoises.
En revanche, si le spectacle est garanti, le scénario est pour le moins compliqué et les explications tortueuses , voire incohérentes . Même ceux qui se sentent particulièrement à l’aise avec les personnages de la romancière auront du mal à comprendre la totalité des événements, à remettre dans le bon ordre les éléments, à interpréter à bon escient les retournements de situation et remettre tout en conformité avec ce qui est découvert ou rappelé ultérieurement dans toute la saga Harry Potter...
Pour ma part, j’ai lâché prise peu après le milieu du film, me contentant d’apprécier au mieux les effets spéciaux qui sont magnifiés lors de la projection en 4 DX .C’est plutôt léger, donc bien insuffisant comme satisfaction pour le spectateur et ne suffit pas à compenser l’effet brouillon du film, pour lequel il y aura bien entendu une suite!
Bien qu’admiratif du génie inventif de J K Rowling, on a l’impression que ce second tome « des Animaux Fantastiques » - certes bien interprété et spectaculaire  - a été conçu surtout pour séduire son public de fans...Il est  donc probable que je ne sois clairement plus la cible idéale pour ce genre de superproduction !

Ma note : 09/20