Show More

Acteurs 

Nicolas Gob

Alban Lenoir

Michaël Abiteboul

David Baiot

Romain Lancry

Roland Menou

Synopsis

Après avoir tenu des propos homophobes, Mathias Le Goff, vice-champion du monde de natation, est condamné à entraîner "Les Crevettes Pailletées", une équipe de water-polo gay, davantage motivée par la fête que par la compétition. Cet explosif attelage va alors se rendre en Croatie pour participer aux Gay Games, le plus grand rassemblement sportif homosexuel du monde. Le chemin parcouru sera l’occasion pour Mathias de découvrir un univers décalé qui va bousculer tous ses repères et lui permettre de revoir ses priorités dans la vie

Mon commentaire

« Les Crevettes Pailletées », c’est tout d’abord le nom d’une équipe de water-polo gay, composée de membres plus ou moins talentueux, car nettement plus enclins à faire la fête qu’à s’entraîner sérieusement dans les bassins. Le réalisateur Cédric le Gallo s’est d’ailleurs inspiré de la véritable histoire de son équipe avec laquelle il a sillonné le monde depuis 2012 de tournois en tournois, dont les Gay Games.
Pour coacher l’équipe bigarrée des « Crevettes Pailletées » c’est le vice-champion du monde de natation Matthias Le Goff (Nicolas Gob) qui a été désigné par la Fédération après avoir fait des déclarations ouvertement homophobes. Pour pouvoir s’amender de ce comportement méprisable et participer à la Coupe du Monde de natation, il va devoir parvenir à se faire accepter par l’équipe de water-polo et à la conduire jusqu’aux  Gay Games  qui doivent se dérouler en Croatie...
Avec une histoire telle que celle-là, la bande annonce plutôt trompeuse semblait annoncer une comédie tout au moins potache sinon grasse qui lorgnait d’office vers un copié-collé du « Grand Bain » de Gilles Lellouche, version trash et queer, additionnée de clins d’œil version « Priscilla, folle du désert ». Du premier film on retrouve d’ailleurs chez Matthias Le Goff le comportement inflexible et tyrannique du coach qu’avait aussi adopté Leila Bekhti pour motiver sa troupe. Du second, c’est plutôt le traitement parodique de certains membres de l’équipe qui est mis en épingle, tant leur comportement paraît presque caricatural même s’il donne lieu à quelques scènes et répliques pleines d’humour.
Mais les spectateurs qui pensaient voir le film uniquement sous cet aspect-là vont être déçus, et c’est tant mieux ! Car même si la réalisation des « Crevettes Pailletées » manque de rigueur et emprunte parfois des chemins de traverse inutiles, Cédric le Gallo et Maxime Govare qui ont coréalisé et co-écrit le scénario nous font découvrir l’envers du décor, nettement moins brillant : derrière les rires exubérants et les blagues au goût parfois douteux, on découvre l’existence de personnes provenant d’horizons divers et à la sensibilité exacerbée, pour qui la reconnaissance de leur homosexualité n’a rien eu d’une partie de plaisir. Il y a eu pour tous et il y a encore au quotidien beaucoup de souffrance pour assumer son droit à être différent. C’est d’ailleurs paradoxalement les parcours difficiles qu’ils ont eus qui les amènent à adopter une attitude souvent excessive dans tout, le but avéré étant juste de profiter de la vie à tout prix. Les « Crevettes Pailletées », c’est surtout un profond message d’émotion qui transperce l’écran et qui interpelle bien plus que les gags mis en avant dans la bande annonce. Et un film qui prône le respect et la tolérance, mais aussi l’effort et l’amitié.

Ma note : 14/20