Show More

Acteurs 

Pierfrancesco Flavino

Maria Fernânda Candido

Fabrizio Ferracane

Luigi Lo Cascio

Fausto Russo Alesi

Nicola Calì

Synopsis
Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s'enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta, prend une décision qui va changer l'histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Mon commentaire

On n’attend souvent plus grand chose des films traitant des exactions de la Mafia et de l’analyse des trafics de toute sorte dont elle est à l’origine. Mais il est vrai que si les réalisateurs américains ont été plus que prolifiques en la matière, les réalisateurs italiens l’ont été de façon bien moindre. Et lorsqu’on sait que c’est le réalisateur Marco Bellocchio qui a entrepris de retracer le parcours du ’traître’ Tommaso Buscetta (Pierfrancesco Flavino, magistral de bout en bout) qui dans les années 80 après avoir été un des « soldats » de Cosa Nostra a aidé le juge Giovanni Falcone (Fausto Russo Alesi) à démanteler une bonne partie du réseau était plutôt une gageure. 

Précédé de critiques élogieuses, y compris lors du Festival de Cannes où il a été sélectionné en compétition (mais est reparti bizarrement bredouille au moment du palmarès), le film mérite vraiment le détour, grâce à une interprétation globale exemplaire certes, mais aussi à la mise en scène fluide de Marco Bellocchio. Il est en effet autant à l’aise pour recréer l’atmosphère festive lors de laquelle on fait la connaissance des personnages clé du film composant les ‘familles’ de la Grande Maison qui semblent unir leur bonheur durant une soirée d’été paradisiaque que lors des exactions perpétrées par la suite, ou lors de la période qui a suivi l’arrestation de Buscetta au Brésil, puis son extradition en Italie et enfin ses confessions en homme d’honneur dénonçant des pratiques indignes de celles de la Cosa Nostra à l’origine. Tout est savamment dosé sans être pesant …

Et puis vient le moment la reconstitution du procès historique des différents membres éminents du clan des Corleone dont la cruauté et la violence sans égal ont été les déclencheurs du « déballage » de Bruscetta auprès du juge Corleone. procès dont les différentes phases survenues successivement durant les années 90 ont l’air de sortir tout droit de la Commedia dell Arte. 

Bref, on frissonne, on s’inquiète, on sourit même parfois devant tant de théâtralité. Mais une chose est certaine, Marco Bellocchio est parvenu à nous montrer la Mafia sous un angle rarement vu dont l’authenticité est renforcée par la présence çà et là d’images et de documents enregistrés à cette époque avec les véritables personnages. Un film à ne clairement pas manquer, dans la veine des meilleurs Scorcese, comme une fresque authentique sur les liens entre la Mafia, les politiques, l’église, l’État, et sur toutes les personnes courageuses qui ont pris des risques énormes pour contrer le fléau.

Ma note : 17/20