Résumé

De Mohammed à Daech, comprendre l'islam à travers son histoire. 
Voici près de quatorze siècles, un homme inspiré par une révélation céleste commença à parler dans une ville au milieu du désert. Quarante ans après sa mort, un empire né de ses mots s'étendait de l'Atlantique à l'Asie. Cet homme s'appelait Mohammed.
L'expansion musulmane ne fut pas uniquement religieuse, militaire et politique : elle s'est également manifestée sur le plan intellectuel et artistique et, à un moment de son histoire, l'islam a constitué un relais précieux entre la science antique et la Renaissance européenne. Mais, très rapidement, cet expansionnisme fulgurant s'est traduit par d'innombrables conflits internes, dont l'antagonisme entre chiites et sunnites est le plus connu. Les intérêts politiques ont finalement pris le pas sur la dimension religieuse de l'islam pour donner naissance au XXIe siècle à une excroissance monstrueuse appelée Daech.
Comment ? Pourquoi en est-on arrivé là ? Pour tenter de répondre à ces questions, sans doute est-il nécessaire de retourner au sable du désert...
Avec son incomparable talent de conteur, Gilbert Sinoué nous livre les clés indispensables pour mieux connaître et comprendre la deuxième religion du monde.

Mon Commentaire

On connait le talent de Gilbert Sinoué, romancier réputé pour ses connaissances historiques et religieuses, dont les ouvrages ont été récompensés à de multiples reprises.

Son nouveau livre, « Le Sabre d’Allah » n’est en revanche en aucun cas un roman : il s’agit d’un ouvrage purement factuel et historique, reposant sur des témoignages et des écrits qui sont parvenus à traverser les siècles et arriver jusqu’à lui (et nous !). Le but de Gilbert Sinoué est de nous expliquer ce qu’est la religion musulmane, - aujourd’hui la seconde religion de la planète - en remontant aux origines même de l’Islam, depuis le prophète Mohammed, un homme inspiré par une révélation, il y a quelques 14 siècles. Ceci afin de le mettre en balance avec « l’Islam » rigoriste dont semblent s’inspirer les terroristes qui ont fait la une à de multiples occasions depuis le début du XXIème siècle.

Gilbert Sinoué nous entraîne dans le détail à travers les années et au fil des pages dans toutes les régions couvrant l’Europe, l’Afrique, le Moyen Orient jusqu’aux confins de l’Asie centrale, à la découverte du mouvement dont l’expansion n’a eu de cesse. Il faut néanmoins souligner que cette expansion ne s’est pas limitée à ‘aspect purement religieux ; il faut y ajouter la politique et les stratégies militaires, mais aussi le côté culturel et artistique.

De façon très intéressante car bien documentée, il replace dans le contexte les leaders - chefs stratèges des armées ou personnalités religieuses - des différentes époques pour les resituer face aux envahisseurs de l’Europe venus du Nord ou de l’Est et face à leurs rois contemporains respectifs qui se sont succédé sur les différents trônes d’ Europe.

La lecture ne manque certes pas d’intérêts au global, mais compte tenu de la multiplicité des tribus, des mouvements religieux et idéologiques qui s’affrontent, des « chefs » qui se succèdent suite à des renversements découlant de conflits internes, on a tout de même l’impression de se perdre dans les aléas des évènements historiques et géographiques, notamment jusqu’à la période du Moyen Age, côté des Occidentaux . On note d’ailleurs que le livre pour les deux tiers couvre toute cette période, alors que celle allant jusqu’à nos jours ne constitue que la différence, sans doute parce que le mouvement s’est petit à petit délité tant l’empire morcelé était dirigé à l’échelon régional par de multiples chefs, renversés après des laps de temps parfois extrêmement courts. Ce qu’on comprend en revanche, c’est que le mouvement n’a repris de l’ampleur qu’à la toute fin du XXème, cristallisant quelque part toute la rancœur de nombreux laissés pour comptes du système capitaliste en place depuis la seconde guerre mondiale.

Néanmoins et de façon rassurante, Gilbert Sinoué attire très justement notre attention et nous conforte bien sur le fait que les adeptes de l’islamisme radical, d’Al Qaïda à Boko Haram ou Daech, responsables des atrocités survenues depuis une vingtaine d’années partout dans le monde et revendiqué au nom d’Allah n’ont pas grand-chose à voir avec la doctrine du prophète Mohammed, même s’ils en revendiquent l’héritage.

Ma note : 12/20
Gilbert_Sinoué.jpg
photo Le Figaro