Résumé

Baptiste sait l'art subtil de l'imitation. Il contrefait à la perfection certaines voix, en restitue l'âme, ressuscite celles qui se sont tues. Mais voilà, cela ne paie guère. Maigrement appointé par un théâtre associatif, il gâche son talent pour un quarteron de spectateurs distraits. Jusqu'au jour où l'aborde un homme assoiffé de silence. Pas n'importe quel homme. Jean Chozène. Un romancier célèbre et discret, mais assiégé par les importuns, les solliciteurs, les mondains, les fâcheux. Chozène a besoin de calme et de temps pour achever son texte le plus ambitieux, le plus intime. Aussi propose-t-il à Baptiste de devenir sa voix au téléphone. Pour ce faire, il lui confie sa vie, se défausse enfin de ses misérables secrets, se libère du réel pour se perdre à loisir dans l'écriture. C'est ainsi que Baptiste devient son répondeur. A leurs risques et périls.

Mon Commentaire

S’il y a bien au moins une réussite dans ce roman surprenant, c’est l’originalité du pitch, qui montre comment Baptiste, un imitateur à peine trentenaire dont le talent est méconnu et surtout maigrement apprécié par le commun des spectateurs va se révéler un créateur bourré d’imagination pour remplir la mission qu’il a acceptée.

Partant d’un simple contrat qu’il accepte de signer avec l’écrivain célèbre et qu’il admire tant Jean Chozène pour lui servir de ‘répondeur’ téléphonique alors que ce dernier a un besoin impératif de calme pour écrire son tout nouveau roman, l’histoire prend très vite un biais passionné puis passionnel. De simple imitateur, Baptiste s’incruste dans l’univers que Chozène lui force de partager, pour prendre l’aspect d’un caméléon – ainsi que l’illustre avec justesse la page de garde du livre.

Bientôt les étapes sont franchies, et de simple témoin, Baptiste va passer au stade d’acteur  manipulateur décomplexé, agissant presque comme aurait pu le faire le meilleur des espions à l’époque de la guerre froide, endossant tour à tour les habits des personnages qu’il a envie d’incarner ce qui bien entendu va sensiblement modifier la donne.

Ce roman brille par son originalité, mais aussi par son approche bien sentie des milieux littéraires, artistiques et journalistiques d’aujourd’hui. Et puis bien entendu, il s’agit d’un roman sur les sentiments humains, l’amour, la haine, la jalousie, l’indifférence, la difficulté de communiquer, la solitude, voire l’isolement… Baptiste de son côté va brûler les étapes, en se reposant sur la qualité de son art d’imitateur dont il va atteindre le paroxysme, au point qu’on craint que comme Icare, à force de vouloir se rapprocher du soleil, il ne se brûle les ailes et finisse par périr.

Luc Blanvillain signe un roman à la fois ironique et grave, plein de suspense, alors que les situations rocambolesques et les rebondissements se succèdent. L’histoire par certains aspects ressemble à un jeu de l’oie, tant l’auteur pousse au fil des pages intelligemment et régulièrement ses personnages, comme de pions, vers un épilogue dont bien sûr on ne dira rien. A découvrir absolument !

Ma note : 17/20

Photo Ouest France