Show More

Acteurs 

Hu Ge

Gwei Lun Mei

Liao Fan

Wan Qian

Qi Dao

Huang Jue

Synopsis

Un chef de gang en quête de rédemption et une prostituée prête à tout pour recouvrer sa liberté se retrouvent au cœur d’une chasse à l’homme. Ensemble, ils décident de jouer une dernière fois avec leur destin.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Mon commentaire

2012, dans une une ville chinoise. On y rencontre aux abords d’une gare Zhou Zenong (Hu Ge) un chef de gang en déroute et Liu Aiai (Gwei Lun Mei) une jeune femme, prostituée qui tente de lui faire passer un message en vue de sa reddition à la police. 

Zhou fait en effet partie d’un gang plus ou moins organisé de vol de motos, mais lors d’une course poursuite avec un gang dissident, il tue par inadvertance un policier... 

Zhou fait désormais l’objet d’une chasse à l’homme de la part des policiers mais aussi des membres de l’autre gang : sa tête étant mise à prix, son unique plan désormais est que la récompense alléchante soit versée à son épouse Yang Shujun (Wan Qian) qui élève seule leur fils. 

Présenté en compétition lors du dernier festival de Cannes, le polar noir du jeune metteur en scène Liao Yinan est pourtant reparti bredouille malgré des critiques positives de la part des professionnels.

Comme souvent dans les films chinois, une attention toute particulière a été portée sur l’esthétique, l’image, les couleurs, les jeux d’ombres et de lumières, d’autant que le film se déroule pour sa plus grande partie dans la nuit. Il est vrai que les nuits sont plus adaptées pour recréer des atmosphères inquiétantes, au cours desquelles le fugitif tente d’échapper tant bien que mal à ses poursuivants.

Ce polar est bien construit, grâce à la présence d’un bon nombre de flashbacks qui permettent de reconstituer sans lourdeurs les événements passés et bénéficie de plus d’un scénario original. Néanmoins, il particulièrement violent : les scènes de bagarres et de fusillades sont nombreuses et sanglantes - elles font nécessairement penser aux réalisations de Tarantino – sans toutefois la dose d’humour ou d’autodérision du cinéma de ce dernier.

Résultat : le film est assez glauque et parfois assez confus, le spectateur ne sachant plus vraiment faire la distinction entre les membres de la pègre et les équipes de police !

On constate par ailleurs quelques invraisemblances du scénario : par exemple, compte tenu de la gravité des blessures de Zhou Zenong, on a un peu de mal à accepter qu’il parvienne sans grande difficulté ni douleur apparente à se déplacer en moto !

Reste que « Le lac aux oies sauvages » est un film original doté d’une mise en scène très talentueuse, qui recrée avec beaucoup d’authenticité des ambiances typiques des cités chinoises d’aujourd’hui. Après « Black Coal », Ours d’or au Festival de Berlin en 2014, le réalisateur Diao Yinan confirme tout son talent et sa maîtrise de l’esthétique. Il nous offre un spectacle étonnant dont les qualités artistiques priment sur le fond de l’histoire.

Ma note :  14/20