Acteurs

Anthony Sadler

Alek Skarlatos

Spencer Stone

Jenna Heidi

Synopsis

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Dans la soirée du 21 août 2015, le monde, sidéré, apprend qu'un attentat a été déjoué à bord du Thalys 9364 à destination de Paris. Une attaque évitée de justesse grâce à trois Américains qui voyageaient en Europe. Le film s'attache à leur parcours et revient sur la série d'événements improbables qui les ont amenés à se retrouver à bord de ce train. Tout au long de cette terrible épreuve, leur amitié est restée inébranlable. Une amitié d'une force inouïe qui leur a permis de sauver la vie des 500 passagers …

Mon commentaire

Clint Eastwood pour son nouveau film à choisi de raconter l’histoire de l’attentat raté duThalys du 21 août 2015. Pour ce faire, il s’est appuyé sur le livre éponyme écrit à trois mains par les jeunes héros américains (Anthony, Alek et Spencer) qui sont parvenus à neutraliser le terroriste grâce à leur sang froid et leur assurance. Si on connaît l’issue de l’histoire, l’originalité du film repose ici sur le talent du metteur en scène et sur le fait qu’il a demandé à ces héros non professionnels d’incarner eux mêmes leurs propres rôles, probablement pour coller au plus prêt à l‘histoire sans dérive romanesque.

Le film débute donc sur une brève scène à l’intérieur du TGV où les passagers ont constaté le comportement suspect d’un passager, enfermé dans les toilettes d’un wagon. S’ensuivent des opérations flashback en nombre sur les jeunes « futurs héros. On remonte jusqu’à leur entrée au collège pour nous les présenter en détail : découverte des milieux dont ils sont issus, leurs résultats très médiocres qui les rapprochent de facto bientôt tous trois dans une grande complicité, le goût prononcé pour les armes et la guerre de Spencer et d’Alek…Il émane de leur psychologie la volonté d’être utiles à tout prix pour ‘protéger et sauver des vies’. Bien qu’ayant suivi des parcours différents, ils ne se sont jamais perdus de vue. Un voyage en Europe va leur permettre de se retrouver enfin tous trois à Berlin. Ils achèveront leur périple européen par une brève visite de Paris, d’où leur présence à bord de ce fameux Thalys parti d’Amsterdam le 21 aout 2015.

Clint Eastwood, loin de prendre du recul par rapport à l’événement qui devait être le point central du film nous livre simplement une succession de portraits pas forcément passionnants de trois jeunes Américains tant ils semblent caricaturaux, notamment en ce qui concerne leur éducation. Au delà, il nous prouve encore combien il est important pour tout un chacun de servir sa patrie sous les drapeaux et combien devenir Marine est une fin en soi pour ces jeunes Californiens : le côté « Héros Sauveur de la planète » est abondamment mis en avant au point d’en devenir pour le moins indigeste!

Quant au périple de ces jeunes en Europe, il est plutôt mal filmé : on passe sans transition de vues de Rome aux canaux de Venise, de Berlin à Amsterdam comme autant de cartes postales sans intérêt, alignant avec une facilité déconcertante quelques sites célèbres et aisément reconnaissables. Pas le moindre recul dans ces photos reportages, avec globalement pour nos futurs héros une psychologie réduite à peu de choses. Quel était le titre du film, à propos ?

Malgré quelques scènes de train intercalées çà et là dans la première heure du film, on a réellement perdu de vue le sujet de cette histoire qui à l’époque avait fait vraiment froid dans le dos. Et pour les quelques scènes d’intérieur du train , on a même la déception que la tension et l’inquiétude qui devaient régner dans la rame sont quasi absentes De plus, les scènes clés des combats entre le terroriste et les ‘Héros’ ne seront restituées que pendant une vingtaine de minutes. C’est bien maigre pour un film réalisé par un metteur en scène de la trempe de Clint Eastwood qui nous a habitués à des productions de qualité nettement supérieure.

Malgré l’acte tout à fait héroïque et louable de ces jeunes Américains courageux, on peut imaginer que le film qui leur est consacré ne restera pas longtemps dans les mémoires.

Ma note : 11/20