L'arche de Rantanplan
L'arche de Rantanplan
press to zoom

Résumé

Pour Lucky Luke, l'heure n'est pas aux « Adieu veau, vache, mouton, couvée »... À Cattle Gulch, un type farfelu nommé Ovide Byrde a établi un havre de paix pour animaux, avec Rantanplan pour figure de proue. Tout cela n'est que douce dinguerie jusqu'au jour où Rantanplan découvre bien malgré lui un gisement d'or. Soumis à la mauvaise influence d'escrocs sans foi ni loi, Ovide Byrde se mue alors en tyran local et impose régime végétarien et protection animale à marche forcée aux autochtones. Du bien-être animal à la tyrannie...

Mon Commentaire

Ce quatre-vingt deuxième album (!) de Lucky Luke, le plus célèbre cowboy de l’Ouest américain en BD aborde un thème nouveau : le bien-être animal.

Le dessinateur Achdé et le scénariste Jul nous proposent ici de nous pencher sur le traitement des animaux, en nous présentant Ovide Byrne, un personnage idéaliste, rêveur, décalé et gentiment farfelu qui a pris le parti de soigner les animaux malades et de les garder dans un havre de paix. Lucky Luke va croiser sa route dans le village de Cattle Gulch, et découvre par hasard que dans le refuge figure le célèbre Rantanplan, le chien du pénitencier dont l’intelligence n’est plus à prouver (sic) ! Rantanplan découvre incidemment sur le terrain d’Ovide Byrne l’existence d’une mine d’or, ce qui va monter à la tête de ce dernier, et devenu très riche, le transformer en tyran animalier. Ovide Byrne ne tarde guère à imposer par la force à la population de suivre un strict régime végétarien et l’adoption d’animaux … Mais cela va en même temps susciter la convoitise de bandits de tout poil. Lucky Luke et son fidèle destrier Jolly Jumper vont avoir fort à faire pour rétablir la justice…  

Pour ce nouvel album, on apprend que Jul s’est inspiré de Henry Bergh, un Américain qui a fondé la première SPA aux États-Unis en 1866 avec l’aide d’un milliardaire français qui « avait fait fortune dans le commerce de peaux et de fourrures et qui, selon la légende, se serait repenti sur son lit de mort et aurait légué tout son argent à la défense des animaux », a confié au magazine ‘le Point’ l'auteur dans un entretien. L’approche de Lucky Luke le cowboy sur le sujet est d’autant plus intéressante qu’il va se trouver directement confronté à la souffrance animale quand Jolly Jumper se retrouve être blessé par balle…

Dans ‘l’arche de Rantanplan’, outre quelques planches où figurent les personnages traditionnels, on découvre aussi ‘Poireau Agile’, un tout jeune Apache, hostile aux traditions indiennes et qui devient le fervent supporter de Byrne…

En résumé, un album élaboré avec un vent de nouveautés, de trouvailles et de sympathiques clins d’œil, avec en plus un zeste de sensibilités chères au XXIème siècle…au temps du Far West.

Ma note : 15/20
L'arche de R Le Point.jpeg

Photo LePoint.fr