Vu en streaming sur Netflix - (2020)

Acteurs 

Documentaire avec Craig Foster

Synopsis

​

Une amitié inattendue se noue entre un réalisateur et une pieuvre vivant dans une forêt de kelp sud-africaine et qui partage avec lui les mystères de son monde.

Mon commentaire

Est-ce qu’une petite escapade sur les rivages accidentés d’Afrique du Sud vous tente ? Si oui, alors, pas besoin d’équipement lourd ni de bouteilles, un masque et un tuba feront l’affaire pour partager les découvertes de Craig Foster, ce réalisateur de documentaires sud-africain, naturaliste et fondateur du Sea Change Project. Son nom vous dit quelque chose peut-être ? Si oui, c’est que vous savez sûrement que ce film a été récompensé par un Oscar lors de la récente cérémonie hollywoodienne, ou bien que vous êtes un afficionado du cinéma, puisque Craig Foster a été également directeur artistique dans les réalisations Pixar signées John Lasseter (‘Cars 2’ et ‘Cars 3’).

Mais retour sur ‘la sagesse de la pieuvre’, le documentaire de ce jour : Craig Foster, réalisateur en panne d’inspiration, décide finalement de s’intéresser de plus prêt au milieu côtier et marin proche de son domicile. Faisant fi du relief déchiqueté et des courants froids, il décide d’aller explorer les fonds marins environnants avec pour seul équipement un masque et un tuba, pour mieux s’imprégner du monde environnant. Il découvre alors une forêt de kelp (algues marines arborescentes) où habite une faune incroyable, dont une pieuvre étonnante… Dès lors, jour après jour, vont se créer des liens inattendus entre l’animal et le réalisateur, au point de créer une reconnaissance mutuelle…

En dehors des images réellement magnifiques recelant de couleurs et formes de vie incroyables, le spectateur se laisse littéralement séduire par cette histoire de découverte et d’apprivoisement réciproque entre deux types d’êtres vivants faisant partie d’un même monde, à la différence près que la pieuvre fait partie des animaux parmi les plus vieux de la planète !

Si tout le monde connaît la complicité qui peut exister entre l’homme et le dauphin depuis fort longtemps, il est clair qu’on n’attendait pas forcément autant d’atomes crochus ou tout au moins d’intérêt et de curiosité de la part de la pieuvre vis-à-vis de l’homme. Et c’est là que le documentaire devient passionnant, car on découvre d’un point de vue plus scientifique combien la pieuvre, dont l’image ne correspond pas à celle de l’animal de compagnie par excellence, est en fait dotée d’une intelligence et d’une curiosité surprenantes. Grâce à une patience d’ange et à son opiniâtreté, Craig Foster va réussir à comprendre tous les éléments qui font la vie et la mort d’une pieuvre, cet invertébré aux qualités insoupçonnées.

Ma note :  16/20