Show More

Acteurs

Thierry Lhermitte

Rayane Bensetti

Emilie Caen

Lyes Salem

Synopsis

Toute la famille Verdi est aux petits soins pour s’occuper de Roland, le grand-père, qui perd un peu la boule ces derniers temps. Tous sauf JB, l'ado de la famille, qui n'a qu'un seul but : monter à Paris pour disputer sa finale de basket. Mais ses parents, bloqués ce week-end-là, lui demandent d’y renoncer pour surveiller son grand-père. JB décide alors de l’embarquer avec lui… Pendant ce voyage, rien ne se passera comme prévu……

Mon commentaire

Roland (Thierry Lhermitte) est le patron très actif d’un restaurant parisien, mais il commence de façon surprenante à montrer de légers symptômes de la maladie d’Alzheimer.

On le retrouve un an plus tard à Lyon, hébergé par sa fille Delphine (Emilie Caen) et on comprend vite que la santé de Roland a fortement décliné. Il occupe temporairement la chambre de JB (Rayane Bensetti), jeune adulte sportif décomplexé et passionné de basket-ball. Alors que le jour de la Finale régionale de basket qui se joue à Paris approche, Roland est laissé pour quelques heures à la garde de JB par ses parents, qui sont en quête d’une maison de retraite à tout prix…

Mais bien entendu, pour JB qui doit monter d’urgence à Paris, rien ne va se passer comme prévu !

On a déjà vu un certain nombre de films traitant du sujet de la maladie d’Alzheimer, comme récemment ‘l’Echappée belle » de Paolo Virzi en début d’année. « La Finale » retranscrit avec un certain talent les symptômes qu’on retrouve souvent chez les malades, grâce au jeu plutôt réussi de Thierry Lhermitte qui incarne Roland. Et pourtant, on a beaucoup de mal à rentrer dans cette histoire, probablement à cause du manque évident de crédibilité des personnages qui semblent incroyablement bien trop proches en termes d’âge, alors qu’on met en situation trois générations, JB et sa mère passant plus pour frère et sœur! Par ailleurs, pourquoi avoir pris le parti de rendre le personnage Roland raciste et provocateur? Que de clichés dans cette première partie du film, qui hésite en permanence entre drame et comédie loufoque à l’intrigue cousue de fil blanc?

La seconde partie heureusement sonne beaucoup plus juste même s il subsiste pas mal d’invraisemblances pour accéder enfin à cette Finale…On découvre alors un jeu beaucoup plus intéressant du jeune JB,  qui  petit à petit apprend davantage sur la personnalité de cet encombrant grand père dont la place a été volontairement réduite à une portion congrue par des parents assez peu matures. « La Finale » c’est aussi un bel hommage à l’esprit d’équipe autour du basket (et pas seulement !), et à l’apprentissage de l’expérience par les anciens  vers les jeunes...

Au total, un film qui se termine bien mieux qu’il n’avait commencé, mais la caricature clairement n’apporte rien à la gravité du sujet, pas plus qu’aux solutions à trouver pour  prendre en charge les victimes de cette maladie de la dégénérescence cérébrale.

.

Ma note : 12/20