Acteurs

Audrey Fleurot

Clotilde Courau

Olivia Côte

Pascale Arbillot

Nicole Garcia

Vincent Dedienne

Carmen Maura

Synopsis

Elles sont Présidente de la République, nounou, boulangère, comédienne, prof, fleuriste, journaliste, sans emploi, pédiatre. Elles sont possessives, bienveillantes, maladroites, absentes, omniprésentes, débordées, culpabilisantes, indulgentes, aimantes, fragiles, en pleine possession de leurs moyens ou perdant la tête. Bien vivantes ou déjà un souvenir ... Fils ou fille, nous restons quoiqu'il arrive leur enfant avec l'envie qu'elles nous lâchent et la peur qu'elles nous quittent. Et puis nous devenons maman ... et ça va être notre fête !

Mon commentaire

Quels beaux portraits que ceux de ces mères là…Quelle que soit leur profession, quel que soit leur âge, elles ont toutes leurs spécificités, leur charme ou leur mystère, souvent liés à ce que leurs parents et notamment leur mère leur ont transmis : le goût de l’indépendance à tout prix, comme  pour Ariane (Nicole Garcia) l’actrice de théâtre qui va se passionner pour les claquettes, au grand dam de son fils Stan (Vincent Dedienne), qui la couve trop ; ou bien la peur de fonder et de gérer un foyer avec des enfants à élever et chérir, comme pour les trois sœurs Daphné, (Clotilde Courau), journaliste de premier plan, Isabelle (Pascale Arbillot), médecin et Nathalie ( Olivia Côte), professeur d’art , qui ont du mal à assumer leurs craintes en réaction à l’éducation que Jacqueline (Marie Christine Barrault) une mère très indépendante et égoïste leur a donnée; la crainte de perdre sa crédibilité et le pouvoir pour Anne (Audrey Fleurot), élue quatre ans avant sa grossesse Présidente de la République ; la timidité et le manque d’assurance pour Coco (Noémie Merlant) qui n’ose pas avouer sa grossesse à son petit ami…

La réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar réalise un film très attachant et plein de sensibilité sur les femmes et sur la maternité, sans pour autant tomber dans la sensiblerie. En le regardant, on pense forcément un peu à la façon de raconter les histoires et de filmer dans l’esprit de Claude Lelouch, étudiant le comportement de personnages au sein d’un microcosme dont on découvre petit à petit les liens. Le casting est parfait et l’interprétation très juste de bout en bout (sans compter le plaisir de retrouver notamment Nicole Garcia mais aussi Carmen Maura, indémodable). On y apprend même la véritable origine de la Fête des Mères (pour ceux qui l’ignoraient !), fête qui aurait dû simplement se nommer la « Fête de LA Mère » avant de tomber dans le côté mercantile qu’elle représente désormais partout dans le monde. On découvre avec cette fiction la « Mère dans tous ses états » ainsi que le film l’annonce à un moment, qu’ils soient finalement de grâce, de regret voire d’amertume.

En tout cas, malgré quelques longueurs en fin de parcours, on se sent sincèrement touché par ces profils ô combien représentatifs des femmes qui nous entourent.

Ma note : 14/20
La_fête_des_mères_1