Acteurs 

Anne -Élisabeth Bossé

Patrick Hivon

Sasson Gabai

Evelyne Brochu

Mani Soleymanlou

Niels Schneider

Micheline Bernard

Synopsis

Montréal. Sophia, jeune et brillante diplômée sans emploi, vit chez son frère Karim. Leur relation fusionnelle est mise à l’épreuve lorsque Karim, séducteur invétéré, tombe éperdument amoureux d’Éloïse, la gynécologue de Sophia…

Mon commentaire

Sophia (Anne-Élisabeth Bossé, déjà vue dans « Laurence, anyways »de Xavier Dolan), trentenaire, est diplômée de très haut niveau en philosophie à l’université de Montréal. Mais ses diplômes aussi brillants soient-il, constituent plutôt un frein à son entrée dans la vie active, tant elle a du mal à trouver un premier travail qui soit en rapport avec ses études. Elle vit en colocation depuis longtemps avec son frère Karim (Patrick Hivon) et éprouve pour lui un amour complice et fusionnel que rien ne semble pouvoir altérer. C’est sans compter qu’un beau jour, Karim, séducteur invétéré, tombe raide amoureux d’Éloïse (Evelyne Brochu) la gynécologue de sa sœur. Le fragile équilibre de la vie de Sophia étant totalement bouleversé, cette dernière est décidée à ne pas se laisser mettre dehors par cette intruse.
Depuis la découverte et le succès public incontournable des films de Xavier Dolan, le cinéma québécois a fait des émules, notamment dans la façon dont sont pris à bras le corps et analysés des problèmes de société. Fortement inspirée des premiers films de Dolan ainsi que de la Nouvelle Vague, Monia Chokri - sélectionnée pour ce film à Cannes dans la catégorie "un Certain Regard" - a réalisé une comédie - plutôt loufoque - qui est une belle satire du monde actuel. Elle porte en effet un regard moqueur sur le système universitaire actuel et sur son inadéquation avec le monde du travail, qui va gâcher l’existence d’une jeune femme certes bardée de diplômes mais  bien incapable d’assumer son indépendance psychologique et financière et de s’ouvrir à des relations extérieures...Sous-couvert de comédie, Monia Chokri pour sa première réalisation assène un certain nombre de vérités à travers les mots de Sophia, qui témoignent d’une inquiétude certaine et d’une noirceur d’esprit légitime sur l’avenir et la pérennité de la vie sur terre.
Si on se laisse parfois perdre dans des détails un peu outranciers qui n’apportent pas grand-chose à l’histoire, et si l’on compose avec certaines invectives déclamées de façon hystérique en patois québécois - sous titrées !- qui finissent par lasser, on se laisse néanmoins porter par le jeu particulièrement drôle même si un peu excessif d’ Anne-Élisabeth Bossé, qui suscite de nombreux éclats de rire à de multiples moments. Les scènes tournées autour des repas de famille sont également plutôt réussies…On appréciera enfin la qualité de la bande-son, réalisée par le compositeur français Olivier Alary, mélangeant tous les styles de musique, et notamment la beauté de la dernière scène filmée sur fond de la superbe « Pavane » de Gabriel Fauré, même si son interprétation porte à confusion.

Ma note : 12/20