Show More

Résumé

""La première fois que j'ai entendu parler de Thomassin, c'était par une directrice de casting avec qui il avait travaillé à ses débuts d'acteur. Elle m'avait montré quelques-unes des lettres qu'il lui avait envoyées de prison. Quand il a été libéré, je suis allée le voir. Routard immobile, Thomassin n'aime pas bouger hors de ses bases. Il faut se déplacer. Je lui ai précisé que je n'écrivais pas sa biographie, mais un livre sur l'assassinat d'une femme dans un village de montagne, affaire dans laquelle il était impliqué. Mon travail consistait à le rencontrer, lui comme tous ceux qui accepteraient de me voir."
F. A.
Le village, c'est Montréal-la-Cluse. La victime, c'est Catherine Burgod, tuée de vingt-huit coups de couteau dans le bureau de poste où elle travaillait. Ce livre est donc l'histoire d'un crime. Il a fallu sept ans à Florence Aubenas pour en reconstituer tous les épisodes – tous, sauf un. Le résultat est saisissant. Au-delà du fait divers et de l'enquête policière, L'Inconnu de la poste est le portrait d'une France que l'on aurait tort de dire ordinaire. Car si le hasard semble gouverner la vie des protagonistes de ce récit, Florence Aubenas offre à chacun d'entre eux la dignité d'un destin.

Florence Aubenas est grand reporter au journal Le Monde. Elle a notamment publié La Méprise : l'affaire d'Outreau (Seuil, 2005) et Le Quai de Ouistreham (L'Olivier, 2010), qui a connu un immense succès et redéfini la notion de journalisme

Mon Commentaire

Peut-être connaissiez vous la journaliste Florence Aubenas, grand reporter d’abord pour Libération, puis pour le Nouvel Obs. et enfin le Monde en 2012. Mais comme moi peut être vous ignoriez qu’en dehors de ses reportages et investigations auxquels s’est même ajouté un enlèvement en Irak en 2005, elle était également écrivaine, avec plusieurs récits ou romans, ‘l’inconnu de la poste’ étant le dernier en date, et rentrant dans la catégorie des non-fictions. Le livre traite effectivement d’un fait divers survenu en 2008 : l’assassinat de Catherine Burgod, une jeune postière, sauvagement tuée par 28 coups de couteau dans un petit bourg de l’Ain, Montréal-la-Cluse, près de Nantua…

En 2013, Gérald Thomassin, jeune acteur prometteur échoué dans la région depuis quelques années, qui s’était vu décerner le César du Meilleur espoir masculin pour ‘le petit criminel’ (1990) de Jacques Doillon, est mis en examen pour cet homicide et mis en détention

Florence Aubenas a mis du temps – plusieurs années en fait - pour pénétrer dans ce microcosme dont elle nous délivre au fil des pages tous les tiroirs et secrets. Partant d’un simple crime, elle mène une véritable enquête sans jamais prendre parti, car de son côté, le but est de reconstituer tous les épisodes qui ont constitué l’avant et l’après crime : elle se contente de nous dévoiler l’ambiance et la psychologie des habitants de cette région qui a été sinistrée économiquement dans les années 80 avant de ressusciter dix ans plus tard avec l’explosion des besoins en matière plastique, d’où le nom de ‘Plastic Valley’.

En nous faisant rencontrer au fil des pages les membres de la famille de la victime, son entourage professionnel et amical tout autant que les personnes qui ont évolué autour de l’accusé, les petits trafiquants et malfrats en quête de bons coups, Florence Aubenas avec son humanisme légendaire nous brosse une superbe galerie de portraits plus incroyables les uns que les autres. On y retrouve d’une toutes les caractéristiques des profils d’habitants ruraux qui vivent entre eux dans des espaces géographiques locaux, mais qui s’avèrent à la fois admiratifs mais surtout envieux vis-à-vis d’étrangers fraîchement débarqués dans leur village. On découvre alors combien la suspicion vis-à-vis de ce que l’on ne connait pas peut amener certains d’entre eux à de mauvaises interprétations et au-delà, à des témoignages pas forcément bienveillants qui peuvent vite faire condamner un innocent à la prison à vie !

Puis, parallèlement, l’autrice nous livre une belle étude sur le milieu du cinéma et plus précisément sur l’effet pervers que peut apporter la célébrité, pouvant influer comme ici sur le comportement et la psychologie de Thomassin, ce jeune homme fragile sorti d’une famille bancale de banlieue, qui voit son nom gravir tous les stades de la notoriété, au point d’en avoir un ego totalement hypertrophié…

Florence Aubenas tout au long de son ouvrage nous fait partager les avancées de l’enquête, les emballements de la police, les fausses pistes, les rebondissements, la vindicte populaire, les pressions familiales, les mises en examen et les relaxes, pour terminer avec la disparition mystérieuse du suspect…

Un livre original et malin qui se dévore réellement

Ma note : 16/20

photo FranceInter.com