Show More

Film vu en avant première le 04/10/2019- Sortie le 09 octobre

Acteurs :

Joaquin Phoenix

Robert de Niro

Zazie Beetz

Frances Conroy

Brett Cullen

Synopsis

Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck, un homme sans concession méprisé par la société

Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

Mon Commentaire

Il est toujours intéressant de découvrir un film qui a conquis les critiques et remporté de surcroît le Lion d’or à la dernière Mostra de Venise, surtout lorsqu’il s’agit d’un film d’auteur américain - traduisez un film qui n’est pas censé utiliser des débauches d’effets spéciaux, et qui ne consiste pas en un prequel, ni un spin-off ni un énième épisode d’une interminable saga à succès. Et pourtant, le réalisateur Todd Phillips s’attaque à du sérieux : l’explication du parcours d’un des plus célèbres méchants de l’histoire du cinéma , qui a semé le désordre de Gotham City, le fief de Bruce Wayne alias Batman, méchant connu sous le nom de Joker.

À l’origine, Arthur Fleck (Joaquin Phœnix) est un simple artiste qui écrit des blagues et surtout rêve de monter sur scène pour des one man shows. D’ailleurs pour gagner sa vie, il fait le clown à la demande pour des magasins en besoin de promo, ou bien vient faire de l’animation dans les hôpitaux pour les enfants malades. Sa vie est d’une banalité telle que la société l’ignore et surtout le méprise pour son insignifiance. S’il fait rire parfois, il agace prodigieusement son entourage dès lors qu’il part en éclats de rire injustifiés à contre courant de situations burlesques. Jusqu’au jour où, las d’être battu et méprisé, il va déraper...

L’action de « Joker » se situe dans les années 80, mais les thématiques qui y sont abordées sont totalement celles de l’époque actuelle. Todd Phillips a réalisé un film à consonance politique, dans lequel on retrouve un malaise social pas très éloigné de celui vécu ces derniers mois notamment en France. On y voit le peuple se rebeller contre la police mais aussi contre les nantis, contre la corruption et l’injustice. Le personnage de Joker n’est qu’un prétexte ou un alibi pour la cristallisation de la rébellion populaire, le personnage au sourire figé agissant comme un porte drapeau du ras le bol général.

Il est certain que dans le film, la lumière braquée sur les dirigeants de Gotham city n’est pas de nature à mettre en valeur leur intégrité, de même que les grands shows télévisés qui font le bonheur des habitants de Gotham se révèlent souvent très manichéens, et sont souvent l’occasion pour les animateurs vedettes tels Murray Franklin (Robert De Niro) de dénigrer ou de se moquer de ses invités, juste pour le plaisir de faire du ‘buzz’ et de se mettre en valeur.

En parallèle de cette analyse, il y a également une plongée dans la psychologie du personnage d’Arthur Fleck, dont le comportement enfantin et attentif devant sa mère Penny (Frances Conroy) tranche visiblement avec les visages de pure folie qu’il peut adopter lorsqu’il s’agit de se rendre justice. On comprend d’ailleurs très bien pourquoi il est devenu ce qu’il est et pourquoi il en veut à l’humanité, mais surtout à ceux qui l’ont méprisé  et dont il se vengera.

Dans le rôle titre, Joaquin Phœnix prouve une fois de plus son immense talent, capable de jouer toutes les palettes de ce personnage qu’on plaint autant qu’on blâme, passant par toutes les facettes de la folie. Il était pourtant difficile d’effacer les images marquantes laissées par Jack Nicholson ou Heath Ledger dans le rôle, mais Joaquin Phœnix réussit son pari en créant un personnage différent mais définitivement magnifique, à la fois fragile, malade, drôle mais également tragique. On n’est pas près d’oublier son large sourire carnassier barbouillé de sang ...

Malgré quelques scènes très violentes « Joker » est à voir et à revoir d’urgence, la mise en scène est originale et magnifique, la bande originale génialement choisie. C'est un film qui frappe directement à l'estomac! Sûrement le meilleur film de l’année 2019 qui ne devrait pas repartir bredouille aux Oscars.

Ma note :   19/20