Show More

Acteurs

Eric El Mosnino

Ary Abittan

Judith El Zein

Alice Pol

François Berléand

Synopsis

Un quinquagénaire est victime d’un mal de dos fulgurant. Tous les médecins, les radiologues et les ostéopathes du monde ne peuvent rien pour lui : la racine de son mal est psychologique. Mais de son travail, de sa femme ou de sa famille, que doit-il changer pour aller mieux ? 

Mon commentaire

Laurent (Éric El Mosnino), la cinquantaine, travaille dans un cabinet d’architecture. A première vue, ni sa vie professionnelle, ni le couple qu’il forme avec Élise (Judith El Zein) depuis longtemps ne semblent poser de problème. Mais lors d’une soirée, Laurent est victime de maux de dos terribles. Or, toutes les analyses médicales qu’il passe ne décèlent aucune anomalie, ce serait uniquement psychologique ! S’ensuit une remise en question chez Laurent qui va forcément entraîner autour de lui un remue-ménage imparable…

Jean Pierre Améris a choisi de compléter sa déjà riche filmographie avec cette troisième comédie, après « les Émotifs Associés » et « une Famille à louer », qui bénéficiaient de scénarii originaux. Ici, il a choisi la libre adaptation du roman éponyme de David Foenkinos. Le réalisateur est un habitué des chroniques sociales et dans « Je vais mieux », dont on a pu lire qu’il y avait un aspect autobiographique, analyse avec une précision d’horloger les origines de la douleur humaine. Selon les extrêmes, certains sont hypocondriaques et se soignent en permanence contre tout et n’importe quoi, d’autres à l’opposé font preuve d’une négligence incroyable avant qu’un terrible verdict soit proposé. Et puis, il y a des hommes comme Laurent, qui encaissent consciencieusement les mauvais coups du quotidien et ravalent leurs aigreurs ou déceptions, mais dont les émotions rentrées finissent forcément par ressortir.

Le début du film qui suit Laurent lors de ses examens médicaux est sans doute la partie la plus réussie tant l’interprétation totalement lunaire et décalée d’Éric El Mosnino est parfaite, d’autant que le choix pour les seconds rôles de personnages un peu caricaturaux dans le domaine médical est également bien trouvé. C’est d’ailleurs la partie la plus drôle de ce film. Et on aurait souhaité que la suite conserve cet humour un peu caustique même si de bon aloi. Malheureusement le rythme du récit perd de son intensité et l’histoire de son originalité à mesure que Laurent va mieux ! On a bien en tête que l’expression populaire ‘ en avoir plein le dos’ est effectivement le reflet d’un trop plein de contrariétés et d’un ras le bol qui peuvent entraîner des réactions surprenantes parfois violentes de la part des victimes des maux de dos, mais qui s’avèrent pour elles apaisantes physiquement.

Dans la seconde moitié, il est vrai que le film prend une tournure psychologique un peu simpliste et manque un peu d’ambition et d’envergure, même si on sourit tout au long de la projection.

Au total, un film plutôt léger et sympathique mais qui aurait mérité une analyse un peu plus rationnelle et profonde de ‘ces maux de dos’ qui touchent tant de gens aujourd’hui.

Ma note : 13/20