Jamais le deuxième soir
Jamais le deuxième soir
press to zoom

De Patrick Hernandes & Enver Recepovic- Mise en scène Enver Recepovic

A la Comédie Oberkampf jusqu'au 8 mai 2022

Acteurs

Camille Casanova

Thomas Perrin

Adeline Zarudiansky,

 

Distribution en alternance avec : Polo Anid, Elisa Azé, Esther Barbe Quesnel, Ruthy Devauchel, Déborah Durand, Garance Giachino, Charlotte Gouillon, Margot Heller, Régis Lionti

Résumé

Et si les femmes étaient le sexe fort ? Et si les rôles étaient inversés ? Et si elles ne croyaient plus au grand amour ? Et si l'homme idéal venait frapper à leur porte ? Et si elles voulaient consommer le premier soir ? Et si l'homme était plus romantique que la femme ? Quand la belle ne croit plus au prince charmant !

Fatiguée des mythos qui lui promettent la lune et lui offrent même pas l'ombre des étoiles, Mirabelle décide de faire, elle aussi, dans les aventures sans lendemain. Avec l'aide de sa seule et meilleure amie Cynthia, elles choisissent un mec sur internet, dans le but de coucher et le larguer aussitôt...

Mon commentaire

Dans la famille Boulevard, Humour et Comédie, je voudrais une pièce de théâtre déjantée, où les femmes prennent leur revanche – enfin ! - sur le sexe dit ‘fort’. Avec ‘Jamais le deuxième soir’, bonne pioche ! C’est le pari que fait Mirabelle (ce soir Adeline Zarudiansky) avec son unique copine Cynthia (ce soir Camille Casanova), qui s’essaie à des séances d’hypnose en attendant de retrouver un job. Mirabelle s’inscrit sur un site de rencontre pour pouvoir ‘consommer’ dès le premier soir et se débarrasser du mec dans la foulée …C’est un dénommé Lorenzo (ce soir Thomas Perrin) qui s’y colle…

Soyons honnête, je ne serais pas spontanément allé voir ce genre de comédie de boulevard, le thème ne m’inspirant guère, mais ayant été invité chaleureusement, j’y suis allé sans arrière-pensée ni attente spécifique…Première constatation, plus d’une demi-heure avant la représentation, plusieurs dizaines de mètres de queue s’alignaient sur le trottoir devant le théâtre ! Même si les places ne sont visiblement pas numérotées, cela interpelle un peu.

La pièce commence et le ton est donné : on assiste vite à des échanges de copines sur les mecs entre Mirabelle et Cynthia assortis de répliques à l’humour un peu gras, ce qui visiblement suscite néanmoins le rire dans l’assistance qui est prise à témoin du propos…Rien de bien surprenant au total, mais il faut avouer que le jeu des deux actrices est intense…La donne change un peu plus lorsqu’apparait chez Mirabelle le mec victime du piège, et c’est là en fait que la pièce prend un biais un peu plus qualitatif, grâce au jeu incroyable de celui-ci qui parvient en l’espace de quelques secondes à changer de visage et de personnalité, ne pouvant qu’accentuer l’hilarité du public. Il faut bien reconnaître que si la pièce rencontre visiblement un tel succès, c’est plus lié aux interprétations et jeux des trois personnages en scène qu’au pitch en tant que tel ! Force est d’admettre que même si l’humour ne fait pas vraiment dans la dentelle, on s’amuse des quiproquos et situations loufoques qui en découlent… Et ça fait du bien aux zygomatiques, ce qui n’est déjà pas si mal en ces temps de grisaille et de déprime, même si bien entendu les voix sont un peu trop aigües par moment

Bravo en tout cas au punch des interprètes - tout au moins, à ceux de ce soir, qui interviennent en alternance- notamment à celui de Lorenzo alias Thomas Perrin pour qui chaque représentation doit infliger une cure forcée de maintien en forme alliée à un régime diététique naturel pour entretenir sa musculature. Pièce destinée avant tout aux spectateurs qui ont envie d’une bonne tranche de rire, sans arrière-pensée.

Ma note : 13/20